Forum de la famille Saincte-Merveille
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:03

Gentil censeur de Rieux Razz Retrouvé avec plaisir...

Dame_Ned a écrit:
Le camp était monté, discrètement non loin de Rieux. Enfin... aussi discrètement qu'il avaient pu le faire étant donné que les têtes bien pensantes et dirigeantes de leur comté avaient apposé sur la place publique de tous les villages , en toute discrétion, une liste de noms... La Baronne de Rien pestait de rester là à attendre le Comte Enrobé, la Baronne de Fol quand à elle commençait à se dandiner, son joli fessier posé sur un tronc près du feu. Le reste du groupe conversait sagement de l'interet d'avoir soucisson, jambon et prune à bas prix. La Baronne de Fol continuait à se dandiner de plus belle, elle avisa un bosquet non loin du camp.
Dites, Baronne de Rien, j'ai besoin d'aller ..... comment dire....
Elle regarda les autres.
Remplir une rivière bretonne! La lune est pleine, pourrais-tu m'accompagner jusqu'au bosquet que l'on apperçois là bas?
frontline a écrit:
On a bien fait de deverser 120 tonneaux de sangsues dans la rivière hier soir , nous !

Le spectacle est sur les bords de la vilaine à Rieux ...
annlor a écrit:
Réponse de la Baronne de Rien. (oui, elle aussi à une envie à faire déborder les rivières....)

Bon ,bon, ressituons cette histoire somme toute assez inhabituelle!


Deux folles échevelées, l'une portant une armure somme toute assez sommaire , l'autre se débattant avec une culotte en ferraille , se cachaient derrière un bosquet non loin de Rieux..Tic tac , tic tac , ca résonnait dans une tête ...

Campagne, foutue campagne! Ca gromelait ..Baronne de Rien et Baronne de Fol marchaient aussi discrêtement qu'elles le pouvaient..-C'est à dire, vous l'aurez bien compris, sans la discrétion voulue!...longeant LE fameux bosquet Vous avez tout bien suivi?!..-

Ouch! Dit la Baronne de Rien .. Ton soulier magique en fer forgé vient de tatonner ma chausse ..Pffff, pas les mêmes moyens!

Et c'est en continuant à chuchoter qu'elles trouvèrent un endroit fort stratégique..Là, la Baronne de Fol commenca à baisser son..heu..restons correct voulez-vous!...s'accroupit , suivie de sa compagne d'infortune...

Ca pique en plus ! J'vous dit , allez à la guerre qu'ils disaient! Z'avaient pas prévenu des risques pour nos fessiers!

Les deux baronnes regardaient , amusées , leurs petites rivières allées se jeter dans leur grande rivière Bretonne..C'était à celle qui ferait la plus grande coulure ! On s'amuse comme on peut dans la vie!...

Quand soudain ..Tadammmmmm!..Un bruit se fit entendre ...Le Lune était pleine ....
Dame_Ned a écrit:
La boronne de Fol se releva d'un bond, remonta ses braies et tout le reste vite fait... enfin...façon de dire... et se mit à beugler comme elle savait si bien le faire lorsque quelque chose la dérangeait.

Mhoooooo c'est quoi encore ce tintamarre! Peut même pas pis... remplir des rivières tranquilement?

Elle saisi son tranchoir à deux mains et commença à tailler dans la partie la plus sombre du bosquet.
Mhoooooo Tu paries 20 tournée de prune qu'on va bouffer du cerf à la broche Pouellette!
RocheGarde a écrit:
Rochegarde sorti prestement de la tente , il était déjà tard bien que lune pleine et il avait fort a faire encore aujourd’hui , passer des ordres et préparer l’assaut et surtout rejoindre ses amis qu’il n’avait vu depuis trop longtemps .

En braies et torse nu il s’approche de la rivière , enlevant rapidement braies il se glisse dans l’eau doucement . Miracle , des roseaux le cache à la vue des deux donzelles sûrement la pour se laver , prenant sur lui-même dans un effort de volonté dont il ne se croyait pas capable il détourne la tête ne voulant regarder ces dames se laver et commence a se frotter . Il faut dire que l’effort de volonté était grandement aidé par la présence de sa femme dans le camp et par l’intérêt tout particulier qu’il voulait a ne point partir a l’attaque de la ville avec la voix aigue d’un eunuque .

Le corps emplit de cicatrice de l’ancien comte , sa musculature impressionnante .. son bidon … oui nul ne l’avait prévenu qu’a trop manger de jambon , tout n’était transformé en muscles , mais sa décharge , il était bien le seul a ne point se rendre compte de ces quelques petits kilos en trop .

Il gouta avec delice un courant d’eau chaude soudain traverser la riviere et l’emplir de bien être , voila une journée qui commençait bien , Aristote dans sa bonté a chauffé juste pour son bain l’eau de la rivière . Un signe oui surement .

Un sourire beat il sort de l’eau puis criant vers les dames ….


Mesdames , quelle bonne idée que ce bain et en plus je ne sais par quel miracle , l’endroit ou je me suis baigné est traversé d’une douce chaleur .

Tout le monde se prepare nous rejoignons les autres , terminez de manger , vous dormirais un autre jour .


Se disant et se rabhaillant , il part vers le feu pour grignoter un peu de jambon braisé laissant legumes et autres poisons aux dames .
Milane a écrit:
L’air frais du matin finissait de réveiller Milane. Assise près du feu, elle tentait vainement de démêler sa tignasse bouclée d’ où s’échappaient quelques brindilles et autres pailles qui s’accrochent à chaque voyage.

Tant qu’ c’est pas des bestioles qui grimpent …marmonna t elle.

Les deux baronnettes,Ann et Ned avaient disparu derrière un de ces bosquets sûrement pour soulager un besoin bien naturel vu la quantité de prune qu’ elles s’ étaient enfilées ces derniers temps. Roche revenait torse nu, son ventre bien en évidence sur lequel pandouillait des petites choses gluantes qui avaient tout l’air d’être des sangsues.

Has et Brad se chamaillaient tout a coté pour une histoire d’épée plus belle que celle de l’autre.

Milane se leva en s’étirant une dernière fois et partit s’occuper de la mangeaille.
alchior a écrit:
Alchior finissait de débarasser la tente.; elle s'etirait et avait le dos tout courbaturé non pas pas une ennième grossesse mais par l'inconfort de la nuit. Elle avait laissé le lit de camp a Roche pour qu'il puisse se remettre de son séjours chez le moine. Et a voir sa mine défait hier au soir, elle s'était demandé si c'est bien des moines qu'il avait été voir.. quoique.. il reniflait la bénédictine a plein nez...

Elle leva le nez quand elle entendit beuglement caracteristique des baronnes.. et voyant Roche apparaitre peu après elle se dit qu'il avait encore du leur faire un coup pendable..

Elle vérifia encore son necessaire de barbière.. ses ustensiles preférés etant les diverses pinces pour l'extractions dentaires et les amputations.. ses deux spécialités. Ensuite elle traina la tente, lit de camps et autres maieriels jusqu'a la chariotte, puis rejoint roche.


Alors mon amour.. qu'as-tu donc fait a ses deux dames pour qu'on les entendent au moins jusuque Rieux.. si avec ca on est pas reperé !! alors c'est ces bretons sont sourds!!

Disant ses mots, elle passa ses mains autour du cou de Roche et lui caresse le dos, l'embrassant en douceur. Son visage prend une mine un peu perplexe.

Boudiou!! t'ont fait quoi les moines pendant ces deux jours??? je sens pleins de protubérences.. tes muscles ont pris une curieuse formes.

Elle tatonne.. trouve qu' a travers la chemise que les muscles se ramolissent au touché.
Dame_Ned a écrit:
[pendant ce temps, toujours dans le bosquet]

La boronne de Fol toujours à pourfendre la bosquet, entendit derière la voix du comte grassouille. Elle s'arrêta, se retourna et vi que la Baronne de Rien était restée figée à contempler la cascade qu'elle avait créé.
Mhoooooooo tu vas bouger oui!!!
Je suis certaine que ça venait de là!
Elle se retourna et recommença à pourfendre le bosquet qui ne ressemblait plus qu'à un tas de branchage. Elle s'arrêta net quand elle entendi un bruit sourd de ferraille.
Heu..... Poulette, remonte tes braies vite fait, je ne crois pas que les cerfs portent armure!
Elle s'avança juste un peu, le jour se levait et elle y voyait suffisement.
Mhoooooooo des bretons!!!! Y'a des bretons!!! Y'a deux bretons qui regardaient nos.... Mhoooooooo z'allez voir si vous pouvez regarder nos.... pleines lunes comme ça!!!
Elle colla son tranchoir sous la gorge de celui qui était armé et colla un coup de genoux bien placé au deuxième qui resta cloué sur place.
Poulettte!!!! Donne l'alerte!!!!
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:04

hasdrupal a écrit:
Rouspétance grognonne pour ce réveil à pas d'heure... C'est potron-je-ne-sais-trop-quoi et pas l'heure du réveil en tout cas!!!

- Qu'on les tue!!!! Qu'on les mortisse! Qu'on les conchie aussi!!! Et qu'on recommence !!
annlor a écrit:
Remontant tant bien que mal sa ferraille encombrante , La Baronne de Rien telle une folle furieuse courrue d'une foulée que certains diraient majestueuse - Faut bien s'envoyer des fleurs de temps en temps!-...vers le campement non loin...

Rhooooooooo les loulous ! La poulette a taté du breton je crois bien !TA YAUUUUUUUUUU!!! s'écria la Blonde , complêtement essouflée...Faut aussi savoir dire la vérité sur de quelconques compétances!...

ON EST VU , ON EST VU !

Z'ont vu deux clairs de lune pour le coup tiens!murmura ensuite La belle de Saint Germain , ultime moment de réflexion, somme toute assez inutile, il faut bien le dire!

Le périple avait cessé à cette instant , la donne venait de changer , plus de chabadabada - Pourtant, cet air entrainant était pas mal en fond sonore , il allait falloir en trouver un autre!...
Ewaele a écrit:
Ewa se matin au reveil avait eu envie de prendre l'air frais et de trouver un point d'eau pour se rafraichir.
Elle sortit de sous une tente (on verra plus tard laquelle), et se promena sur ce terrain ou de vrai champignons s'etaient montés au fur et a mesure des arrivées des divers groupes...
Elle partit en direction de voix qui s'elevaient et s'installa a côté d'un bel arbre et se mit a observer les deux femmes qui ma foi a vrai dire se retrouvaient dans une situation peu enviable.
Elle aperçut Rochegarde se baigner, un sourire s'afficha sur son visage, elle aurait pu se croire ailleurs.

Du coup elle se releva et repartit en direction du campement, rejoindre les siens. Elle se rafraichirait là-bas ce n'etait pas grave.
Elle posa sa main sur sa blessure bien refermée maintenant, mais qui la tiraillait de temps en temps, ses pas la conduit vers la tente d'Enguerrand déjà levé et pratiquement prêt, elle le salua
: Coucou toi, ça va ? Elle le regarda en souriant.
kazert a écrit:
En ce deuxième jour d'avril, l'an 1455. Non loin de....

La prise de la mairie sur vanne a échoué....Les rebelles sont livrés a eux seul. Ils n'ont aucun moyen de communication avec les autres lances présentes, et aucun ordres a croire que tous les ont abandonné....Nous allons dire oublier. C'est vrai aussi que malgré les informations transmisses a EM du Limousin, de la pars de kazert, de Messire Koyote et de Bralic
....depuis le mercredi 28 mars, personne en a pris compte, et au matin du 31 Mars Angers est Tombée.
Stratégie intéressante en effet, il faut croire que l'objectif doit être bien plus important et plus vital que la réorganisation de l'armée Angevinne. Maintenant, cela fait seulement 31 jours de campagne pour l'armée du Limousin, et les autres depuis quand sont ils parties.
Nous sommes en terre ennemis, les ressources fondent a vu d'oeil. Pendant combien de temps l'armée peut elle tenir de la sorte.

Le groupe de kazert est arrivé a proximité d'un village, de retour. Après s'être concerté avec Bendalf, au coin du feu. La décision, fut prise de repartir rejoindre les "copains" afin de participer a la fête.
En arrivant au campement ils apprirent que Vannes venait d'étre pris....Dommage, pour eux, mais au moins ils vont participer .

Kazert avance au milieu du campement, énervé. il tombe sur Rochegarde, auprés d’un feu les deux hommes discutent, le ton monte.
Désaccord, sur les ordres? En faite deux jours sans ordres plutôt que Kazert ne digéré pas.
Des mots volent, jaloux, haine!
De quoi pourrait être jaloux Kazert, rien.....de la haine?
Oui! Certainement son coeur en est remplis, mais personne ne peut comprendre cette haine qu'il a en lui. Mais contre qui...Lui?

Rochegarde préfère ce passer des services de Kazert et continuer avec les Isengrins....Kazert ne bronche pas, fierté, orgueil ? Ni l'un, ni l'autre, sinon il y a longtemps qu'il aurait arrêté. Par amitié? C'est certain, gueulard il est vrai, mais quoi que tous pense, fidèle en amitié. cela serait un autre que Rochegarde il aurait pris son poing dans la figure, voir peut étre une lame entre les cotes


-Je laisse la lance au commandement de Messire Bendalf, a toi de lui donner les noms de ceux qui doivent incorporer cette lance. je te demande juste une faveur de prévenir Dame Neferoure, elle est volontaire, n'appartient ni a l'armée ni a la noblesse.

Kazert s'en va et revient sur ses pas.

- Mener une lance, vingt lances, six armées, c'est exactement la même chose, .....si au dessus, ils ne savent pas faire, autant rentrer de suite car en face il y a que deux armées, et des gars prêt a défendre leurs terre alors que nous venons la détruire
- trente-et-unièmes jours de campagne.....et on a perdu Angers. Stratégiquement, maintenant Breton je serai , je sais ou je devrais mettre mon armée.
Kazert sort la carte et montre un point sur celle-ci.
-Parce que ici , je maîtrise tout....et je vais plus loin, les forces en présence ici même je les ramènerais là. D'ailleurs...enfin cela ne sert a rien donc pas besoin d'en parler.

-Maintenant, je te laisse ....

Kazert repart dans le campement a la recherche d'une personne.....besoin de plaisir de rire, d'oublier......si seulement il pouvait oublier.

En tout cas il n’oubliera pas le coup de jambon que Annlor lui mis en pleine tête…..il n’eu même pas le temps de la voir dans son splendide costume d’Eve.
Il se releva et reçut un second coup



stopppppppppppppp , désolée d'intervenir, pis, crotte, j'en ai le droit! ca suffit! Unité, solidarité, point!

Kaz, recret ta lance s'il te plait! Rangez la fierté dans vos poches! Et je ne veux pas entendre "je ne suis pas fier!" !

Il y a juste un soucis de communication je crois alors bon, c'est pas si grave que ça! Chercher qui a fauté, on s'en fout! Alors sachons utiliser la force et l'expérience de chacun ! Discutez, trouvez des compromis et on repart sur de bonnes bases!

Et je vois encore un limousin se fâcher avec un autre, ma giclure acide ira dans l'oeil de chacun!



Oui tu as raison Annlor , je m'emporte et c'est fort dommage .
Kazert a deja prouvé sa valeur au combat mais son choix est fait .

Jamais il n'a été question d'attaquer ce lieui je ne vois pas d'ou vient cette information car même en allant au plus vite nous n'aurions pu la faire .. peut etre vient elle de moi Kaz , a vrai dire je ne m'en souviens pas .

Il est vrai que vous etes resté un peu dans le brouillard ces derniers temps , mais surtout Samedi et Dimanche , le reste du temps je te tenais au courant Kaz si je ne me trompe .

Annlor a raison , il y a deja assez de dissentions en Limousin pour en ajouter ici .

Kaz je vais te demander de reprendre ta lance , on a besoin de tout le monde .. je ne t'oblige pas a toi de decider et en echange je passerais plus souvent ici


-En échange! Ce n'est pas un chantage, c'est juste que nous soyons informé correctement. Donne moi une mission avec un objectif, et je l'accomplirai.
Pour ce qui est de la date, je te fais mes excuses......ce n'est pas toi qui me l'a dit. J'aurais du verifier mes missives.....soupir
Cela m'apprendra a parler trop vite....se masse la tête, et regarde Annlor , kazert a un mouvement de recule

-Je te présente mes excuses Messire Rochegarde. Je vais la fermer et obéir pour le bien de tous. Je me suis emporté le premier et tu as réagit comme il se doit.

- Moi je ne suis qu'une tête de mûle qui a besoin d'un bon coup......euh...Non Annlor c'es déjà fait merci!

Lui serre la main et pars récuperer les Rebelles, tout en se massant la tete et la joue
Jizz a écrit:
[Pas tout près mais pas si loin]

Anonnant en chœur avec les moines des mots auxquels elle ne comprenait strictement rien, des rosa, rosam, rosae et blablablabla, Jizz songeait qu’au moins, elle avait eu la présence d’esprit de rejoindre les moines et non les nonnes. Etouffant de discrets bâillements dans une capuche heureusement descendue jusqu’au menton, elle profitait de la concentration de ses voisins pour noter des bouts de phrases repêchés qui agrémenteraient le lexique familial du « comment se débrouiller où que l’on soit »

Hop, encore un intéressant…elle ajouta un « Si vis pacem, para bellum » à la suite du « Quomodo vales », qui lui avait bien plu pour son côté pratique en cas de rencontre, et du « Morituri te salutant », juste au cas où… Il faudrait qu’elle pense à demander aux cuisiniers comment on disait « avez vous du saucisson ? ».

Aussi plein d’entrain qu’un condamné au pain sec pouvait l’être, elle devait reconnaître que cette vie monastique avait aussi du bien. Calme, pas d’odeur de pied, pas de ronflements non plus. Mais là… un léger bruit venait la tirer de sa profonde réflexion, un bruit familier, des gloussements et cris, sans oublier un meuglement reconnaissable entre tous.

Un léger sourire aux lèvres, elle se glissa le long des murs, fini par trouver la porte et se glissa dehors échappant à la surveillance des moines. Retroussant le bas de sa bure afin de ne pas s’y prendre les pieds, le capuchon balottant sur son crâne, elle arriva au pas de course jusqu’à un campement de fortune d’où fleuraient bon ce que Milane avait décidé de laisser aux autres pour tout repas.

Cherchant la svelte silhouette de son père, elle mit du temps à le reconnaître. Sûrement son rembourrage de protection qui faussait la vue. Milane, à côté de lui fit prestement disparaître le bout de brioche qu'elle tenait en main. Elle leur sauta dans les bras, leurs collant deux bises humides, une larme pointant au coin de l’œil


Vous êtes enfin là ! Vous avez pris mon cache-nez ?
Dame_Ned a écrit:
[dans le bosquet près du camp]
Toujours affairée avec ses deux bretons, la Baronne de Fol commença réelement à pester.... enfin disons à beugler.
Mhooooooooo y'en a pas un de levé ou quoi? Qu'est-ce que que vous fichez! Croyez peut être que je vais vous les ramener en un morceau? Je vous prévins si personne ne ramène sa pleine lune ici, je m'en charge toute seule!!!!
Aspharr a écrit:
Aspharr, regardant le petit campement,
alla comme d'habitude s'étaler sur l'herbe...
Il respira un grand coup et senti une douceur l'envahir...
Pensant à Catou et à l'enfant qui vas bientôt, dans quelque mois, naître,
ilprit des brindil d'herbe et le metta dans sa bouche...


Alllaaaalalalala... Qu'est-ce que c'est bon de savoir le vent soufflant peu fort et le soleil tapant un peu... C'est vraiment une belle journée et bonne fin de soirée que j'ai passé là...

Aspharr, arrêtant de aprler tout seul, se rencontre qu'il n'avais pas vus Catou depuis quelques temp. Il décidat d'aller alors à sa recherche...
lilynight a écrit:
Lily avec ses formes généreuses se promena difficilement dans les bosquets qui n'était pas loin de leur campement -bien quoi pas facile avec un gros bidon!!!- elle vît au loin deux....lunes ?...pleines lunes??? Shocked prendre l'air...

- rraaa ces bretonnes manque pas de toupet!!! Manquait plus que ça de voir des miches respirer l'air marin !!!

Elle continua son chemin, lorsque les cris de ces folles dirons-nous l'interpella, elle fît demi-tour croyant reconnaitre la voix de son ancienne mairesse ainsi lui faisant un bon dans le passé où LA blonde tulliste de par sa voix mélodieuse caressait les tympans de la chtite Lily...cela ne pouvait-être qu'elle, c'est certain.

Elle accélera le pas en disant qu'il fallait être folle de se balader à cette heure-ci seule et enceinte mais qu'importe, la voix braillarde pourrait ameutter le royaume entier tellement elle en avait dans le coffre!!!...il fallait la taire !!! Arrivée dans le campement :


- RRrrraaaa je t'ai reconnu la BLOONNNDDEEEEE !!! On t'entend de notre campement !!! Suffit voyons, si je vous ai trouvée, je peux vous dire que les Bretons l'ont fait depuis longtemps !!!

Ne voulant pas faire des cauchemards pour le reste de sa vie, Lily détourna son regard pour ne pas voir le bidon pendouillant de l'ancien Comte...

- Roche, Dame Alchior ravie de vous voir..puis son regard se tint vers la famille Saincte-Merveille... tiens Milane...heureuse de te voir aussi et blanche-neige se dit-elle Laughing enfin Messire...hochant la tête...
dionis a écrit:
Dionis vivait déjà depuis plus de deux semaines avec un groupe de goret qui suivait docilement les déplacements de tout habitants du royaume. Omnivore tout comme Dionis, ils se nourrissaient tous ensemble de légumes, glands et autres bestiaux crevés et/ou tombés du nid. Après avoir appris à s’exprimer avec des grouins grouins Dionis s’échappa de sa nouvelle compagnie d’adoption pour rejoindre ses amis du limousin !

Bonjours vous tous ! Heureux de vous voir !

Jizz semblait plus maigre mais ça lui allait plutôt bien !
Après avoir pris un bain froid dans la rivière, dionis se sentait redevenir humain. Le soleil et la présence d’autres Limousins lui faisaient chaud au cœur.
Assya a écrit:
Assya était arrivé au camp de mauvaise humeur. Sa cuisse était douloureuse, son ventre gargouillait.

Elle entra dans sa tente, jetta son baluchon et ressortie à la recherche d'un intendant.

Kash était introuvable, Jizz aussi... Assya commençait a s'ennerver lorsqu'elle tomba sur son Schrekounet. Elle se dirigea vers lui tout sourir...


Mon Coeur, je cherche de quoi grignoter... J'ai un ti creux... Heuuu si tu avais par hasard quelques pains... 21? :?

Assya le regarda, rougissant légèrement.
Schrek a écrit:
Schrek regarda Assya avant de lui répondre en rigolant :

Eh bah... Un petit creux tu dis ? Vingt-et-une miches de pain ? Si tous les soldats mangeaient autant que toi, le Comté serait ruiné !

Bon évidement, je ne peux pas te laisser mourir de faim tout de même. Ce serait bien dommage...


Il lui sourit et enchaina en rougissant :

Et puis tu sais bien que je ne peux rien te refuser.

Vas, je dois bien avoir une vingtaine de pains pour ton tout petit grignotage de rien du tout. On ne dirait pas comme ça, mais ce que ça consomme une Assya !
Very Happy
Assya a écrit:
Assya frappa des mains et colla un gros bisou à son Schrek.

Merci... Je sais pas se que je ferais sans toi. Embarassed

Disons que je fais les courses pour ma lance, on a perdu notre intendant... Evil or Very Mad

Assya fronça les sourcils... J'me demande s'il ne serait pas caché, entrain de manger les reserves Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:05

RASP a écrit:
Rasp vaquait à ses vagues occupations, errant dans le campement, surveillant Asph du coin de l'oeil (toujours prêt à faire des bêtises çui là !! Laughing ) , quand il entendit un cri de joie ...

Se retournant, il aperçut une tornade se précipiter dans les bras de Has et de Milane. Souriant, il pressa le pas et se dirigea vers le trio familial.


Jiiiiiiiiiiizzzzzzzzzz ! Alors cette retraite ? tu n'as pas vérifié tes théories sur les hommes en robe j'espère ? Evil or Very Mad

Il salua Lily qui prenait de l'ampleur à vue d'oeil...
Salut Lily, comment tu vas ? mmmh ? et ta copine, elle est dans le coin ? en train de préparer un mauvais coup j'suis sûr !! pffffttttttt ces donzelles !!
Himm a écrit:
Himm envoya un groupe entier de pigeons vers Rieux.
Ces derniers, proche de leur destination, sentirent des odeurs désagréables et inabituelles et virent un petit groupe de rien du tout proche du village.
Mais que font-ils là ces benets, pensèrent-ils...
Ces oiseaux là pouvait sentir les gens mal attentionnés, surtout que là, en plus, ils sentaient fort...
certaines d'entre eux se vidaient dans la rivière où ils avaient l'habitude de picorer des sansues...


CUI ha les vilaines ! CUI

Or, les fruits desquels ils s'étaient rempli leur estomac arrivaient à leur desztination finale.
Cela tombait bien, il y a plein de cibles en bas !


PROUT PROUT PROUT

Un tire groupé de belles fiantes un peu trop liquides tout droit sur la trogne des vils françois d'en dessous !

Eh oui, ces oiseaux là faisaient aussi de la politique !
Joli tire les oiseaux ! en plein dans la cible
lilynight a écrit:
RASP a écrit:

Il salua Lily qui prenait de l'ampleur à vue d'oeil...
Salut Lily, comment tu vas ? mmmh ? et ta copine, elle est dans le coin ? en train de préparer un mauvais coup j'suis sûr !! pffffttttttt ces donzelles !!


Lily regarde du coin de l'oeil le RASP RALEUR!!!!

- Oui je vais bien je te remercie, juste mes oreilles qui bourdonnent à causes de cris.
Quel copine??? Si tu parles de ma belle-soeur, je ne sais pas! Y parait qu'ils sont là mais j'ai vu personne encore. Mais rassure toi, dés son arrivée, nous nous ferons un plaisir de te voir...
Laughing

Lui tire la langue, toujours en train de pester sur elles!!!
Himm a écrit:
Un pigeon en retard, a cause du ballonnement que lui avait provoqué le trop grande quantité de fruit ingurgité, arrivait au dessus du campement...

CUI oulala, j'ai mal au ventre moi CUI

PROUT

Et hop une jolie fiante sur la tête de la belle Hélène...
lilynight a écrit:
Lily exquiva de justesse cette pluie de fiante. Laughing

- Sales volatiles, faillit me faire avoir!!! Bon je vais me mettre à l'abri avant de recevoir le pire !

Lily se mit à donc à l'abri pour pas que les pigeons ne la touche Laughing
hasdrupal a écrit:
u moment où le "Vieux Grigou" embrassait sa "Moinillonne" de fille pour d"émouvantes retrouvailles, le cri de la Baronnetted e Fol, ou plutôt son meuglement à nul autre pareil, retentit.

- Aux armes!!! Prenez Flamberge et estramaçon!!! On nous attaque

Ne prenant pas garde à une pluie fine et de couleur cacadoie si typique de la région, le "vieu Grigou" se rue aux abord du camp armé de ce qu'il pense être son épée flambant neuf.
bradbury a écrit:
Brad' après une rapide toilette, avait décidée de se promener près de la rivière.

Quand elle vit des pigeons passer à tire d'aile, elle s'apprêta à avertir ses compagnons, quand elle se ravisa et décida de laisser sa chance aux volatiles! Pour sûr ils étaient Bretons.
A moitié bretonne, elle appréciait le comique de la situation. Les bretons ont toujours eut le sens de l'humour!

Près de la rivière, elle goûtait les premières lueurs du jour et la fraîcheur du matin donnait un regain d'énergie.
Elle s'appuya contre un arbre et contempla le camp qui s'éveillait petit à petit.
-Dame Bradbury?

Elle se retourna.
-Oui?!
-Du courrier à suivre de la Chancellerie!
-Merci!

Elle reconnue aussitôt le sceau sur le parchemin, celui de l'homme qu'elle aimait Hazgard, Limousin lui aussi, parti s'installé en Lorraine et qui avait beaucoup oeuvré pour la construction de ce Duché. Il en avait fait du chemin depuis!

Ils s'écrivaient de temps en temps, autant qu'ils le pouvaient, mais la distance n'aidait pas aux relations suivies. Tout en souriant au plaisir de le lire à nouveau, elle brisa le sceau.

Au fur et à mesure de la lecture, des larmes coulèrent de ses yeux, des mots raisonnèrent dans sa tête:

Citation :
Tu m'avais exprimé le souhait(...)y recommencer une nouvelle vie. Je ne souhaite pas en faire partie(...). Ma vie est maintenant en Lorraine et je ne supporte plus la distance(...)Je pense trouver mon bonheur ici(...)j'espère que tu trouveras quelqu'un pour t'accompagner(...)


Mais j'avais trouvée quelqu'un Haz! Toi!Toi!
Je venais vers toi! Certes par des chemins détournés, mais je venais et en Lorraine.

Elle se recroquevilla, comme elle le faisait chaque fois qu'elle souffrait, puis ferma les yeux un long moment et laissa libre cours à son chagrin.

Puis elle se redressa avec une nouvelle détermination, laissant glisser le parchemin dans la rivière et se retourna vers le camp, séchant ses larmes, elle prit une grande respiration.

Une phrase lui vint alors à l'esprit, que lui avait citée un vieil ami à la fin de sa vie "c'est une belle journée pour mourir".

En tous les cas, il était temps de se préparer à l'assaut.
PennGouez a écrit:
Penngouez, planté sur les remparts, voit cette troupe s'approcher de Rieux... Ses deux haches de bataille dans les mains, il grogne...

Venez, Venez chiens de Levan....

Mais ce sont des vieillards et des nymphettes que Levan nous envoie????

RIEUX!!!!!! Défend tes enfants!!!!!!!

RIEUX!!!!!!!!! Aux armes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Neferoure a écrit:
Nefer sortit de sa cachette lorsqu'elle entendit une voix familière. On aurait dit la voix de son papounet RASP. Comment ne pas le reconnaître, il râlait tout le temps (me tape pas Laughing Laughing ). Elle se dirigea vers l'endroit d'où provenait le son et éclata de rire en voyant son papounet en train de râler comme d'habitude.

T'as pas fini de râler, on t'entend de loin tu sais.

Elle le regarda avec un grand sourire puis lui tira la langue

Tu vas bien en tout cas, je suis rassurée
lilynight a écrit:
Lily à l'abri des pigeons à l'estomac sensible Laughing voit au loin Neferoure se diriger vers RASP LE RALEUR Twisted Evil Elle lui fait signe de venir :

- NEEEFFFFEEEEEEE JE SUIS LAAAAAAAAAAAAA!!!!!!!!

Ravie de la voir en vie et en bonne santé, elle regarde autour de Neferoure pour voir si son chéri n'est pas loin d'elle.

- ME DIS PAS QUE TU L'AS EGAREE MON HOMME !!! L'EST OU LE BOUGRE? Evil or Very Mad
Neferoure a écrit:
Nefer sursauta en entendant crier Lily

RAAAAAAAAAAAAAAA arrête de crier toi aussi. C'est de traîner avec papounet qui t'arrange pas on dirait. Qu'est que ce que tu fais la dessous? Il pleut pas pourtant. Et je ne sais pas ou se trouve mon frère Rolling Eyes
lilynight a écrit:
Pointe son index gauche vers le ciel.

- Regarde au dessus de ta tête et tu comprendras pourquoi !!!

Se dit qu'elle doit vraiment avoir le nez bouché pour ne pas sentir l'odeur nauséabonde que dégage ses pigeons. Décidément, les pigeons n'avaient pas à envier des bretons, ils étaient à l'image de leurs maîtres Laughing

Neferoure a écrit:
Elle leva les yeux au ciel et vit tout un tas de pigeon tournoyer.

Rolling Eyes c'est mauvais signe ça. Je tiens pas à être tâchée surtout par ce genre de chose Rolling Eyes

Elle décida de se mettre à couvert avec Lily et d'attendre une accalmie

Ils sont fous c'est bretons. Heu....pour savoir ou se trouve mon frère il suffit juste de suivre le bruit des baffes et des bretons qui tombent au sol Laughing
kazert a écrit:
Kazert avait entendu un drôle de bruit..un son, comme un vent mal vecu....vous savez le genre de....bon d'accord passons à autres choses.
Pres d'un bosquet il trouva des vétements de femmes, il fut surpris en voyant la taille.
Il en mit un sur sa tête qui lui faisait toujours mal, et il avait vraiment l'impression de sentir le jamboneau.
Il regarda une femme enloppé se diriger vers un abri....etrange elle lui semblait familiére

Annlor...hum...non elle est trop rapide .....Il pencha sa tête vers la gauche et la regarda .....soudain au son de sa voie il compris pourquoi elle lui était familiére....il sourit...cela faisait pratiquement plus d'un mois qu'il ne s'était vu (rp). elle avait....bien pris.

Il s'avanca vers elle , courant sous cette pluie battante , et aprés on dira qu'il ne pleut pas de la défection en Bretagne..dans quelque sciécle la région sera devaste par cette polution de porc.

A l'abrit il laissa tomber le vétement..il ne faurait pas qu'il y ait méprise. Un coup de jambon, oui, deux non!.....enfin cela serait le troisiéme. il fit signe a Neferoure de ne rien dire ....

Il mi ses mains sur les yeux de Hélène et dit


- Devine qui suis je ?
lilynight a écrit:
Lily regarda Nefe arriver vers elle.

- Tu l'as dit, y sont fou ces bretons !!!!

Regarde, un peu plus loin...entendant quelques baffes par-ci par-là...

- Bon bein préfère attendre ici, il doit être occupé et au pire il amenera des bretons pour qu'on puisse se défouler ici. Laughing

Puis sentant des mains posées sur ses yeux et une odeur de jambonneau à faire vomir le Limousin entier. Mon dieu qu'il sentait pas bon.

- Hum, si tu avais la voix d'une femme je dirais la blonde ou peut-être le Troll mais il est poilu alors... je me tatte là...mais bon peut importe, je te laisse le temps de courir vers la rivière et de te laver avant que je te vomisse dessus, chéri Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:05

kazert a écrit:
Kazert a le visage qui se décompose...vous me direz au point ou on en est ...

- Ecoute comme tu ma reconnu du premier coup autant vomir tout de suite.....mais je ne comprend pas je n'ai recut aucunes fientes. Par contre , toi ....je ne veux pas te vexer , mais......elle est foutu ta robe
...et tes cheveux ....hum...c'est toi qui devrait aller a la riviére

Il aimerait la porter et la jeter dans l'eau....aller dans l'eau avec elle comme l'année derniére .
Jizz a écrit:
Le temps de se reculer pour regarder la mine de son père, essuyant le coin de ses yeux du dos de la main, voilà qu’une des deux baronnes arrivait en hurlant de manière incompréhensible comme quoi Ned mangerait des crêpes bretonnes quelques part dans un bosquet, avec deux lunes.

Au même moment, le ciel s’obscurcit, accompagné d’un froufrou et de roucoulements de pigeons. On put entendre quelque part un « Tiens, ça se couvre.. va pleuvoir… » quand les fientes commencèrent à tomber, ne laissant aucune chance aux soldats s’égosillant à gauche et à droite.

Has, devant elle, s’était levé d’un bon et moulinait l’air devant lui avec la première chose qui lui était tombée sous la main, un reste de bon saucisson limousin, et s'était mis à galoper à la rescousse de Ned.

Un cri de ralliement pour les soldats de Rieux se fit entendre depuis les remparts, agrémenté d’un rire moqueur à voir les soldats ainsi aspergés par les pigeons bretons, la faisant sortir définitivement de sa douceur monacale, tandis qu’une fiente de pigeon s’écrasait majestueusement sur son pied.

Glapissant tout en vérifiant que sa capuche de moine était bien en place, elle courut à la suite d’Has, laissant les remparts pour les autres soldats
lilynight a écrit:
Lily touche ses cheveux en même temps qu'elle parle :

- Mais j'ai évité à temps les saletées de ces bêtes puantes...sentant quelque chose de sec dans ses cheveux...et m****c'est le cas de le dire!!! Bon je vais à la rivière. Puis pense à la scène pour le moins peu inhabituelle des deux femmes en train de rrrr.... sur la rivière.

- Non finalement je suis bien comme ça, j'attendrais de me laver dans la tente.
Préfère la crotte de pigeon que l'urine des folles bretonnes marmonne t-elle.
catou948 a écrit:
Aussitot que Catou arriva au campement elle alla se coucher sous un arbre et essaya de dormi mais elle se réveilla tremper de sueur. Catou avait encore fait un cauchemar. Aussitot qu.elle fut bien réveiller, elle s'apperçu que les soldats s'agitait sous une pluie d'elle ne sais trop quoi qui venait des gens de Rieux.

Elle soupira.Catou ne se sentait très mal et sa durait depuis quelque temps.Elle était cerné a cause des cauchemars qui la tourmentait.Son ventre devenait de plus en plus gros a cause du bébé.ça n'aidait pas du tout sa situation.Elle n'avait plus d'énergie.Elle mangeait de moins en moins

Bordel!!!!! Quand cette guerre va-t-elle finir!!??

Catou fit même pas 3 pas vers les autres soldat qu'elle s'évanoui a bout de force
captain_poulet a écrit:
Cap', à l'écart du camp François les observaient depuis le debut de la journée. cela faisait un jour qu'il avait rejoint le village et ce petit tour en temps qu'éclaireur lui semblait important afin de connaitre ses ennemis.

Il fut étonné de voir une armée constituée de la sorte, les rires et les petits tracas de la vie semblaient être leur lot quotidien sans se rendre sompte de la finalité de leurs oeuvres. Une armée de femmes enceintes, de gloussantes françoises, qui visitaient la bretagne comme à l'ocasion du retour des beaux jours.

Quel était leur motivation dans ce combat? que venaient elles chercher en Bretagne? Alors qu'ils defendaient leurs honneurs et celui de la Bretagne, on leur opposait une armée de fantoches risibles...

Bien que certains officiers aient l'air de diriger cette mascarade, il eut bien du mal a comprendre le pourquoi de cette invasion et repris la village un peut interloqué.


Je me demande si ils sont venus pour la ville, on dirait qu'ils voyagent pour leur agrement! Un pays est en jeu et l'on rit et l'on se court après? Que cherchent ils ici?
Nous savons pouquoi nous nous defendons, nous savons ce que nous perdorns si ils gagnent, mais eux quel bien leur fera cette victoire?
Decidement le royaume de France est bien étrange...
Assya a écrit:
Assya avait fait la distrbution de vivres après s'être d'abord restaurée. Elle se sentie revigaurée et pleinr d'une nouvelle energie.

Elle était entrain de courir pour vérifier le bon retablissement de sa cuisse lorsqu'elle entendie les Bretons se reveiller enfin. Cette victoire serait celle du Roy et elle était fière d'emmener sa garnison vers cette victoire... Mais elle ne devait pas être facile, cela lui enlèverait tout plaisir...

Elle regarda vers les remparts et sourit. Y'aurait-il bientôt de l'action? Elle carressa le pommeau de son Saïf, pensive. Cette fois si elle garderait sa garde basse afin de protéger sa cuisse. Hors de question de laisser ses soldats se battrent sans elle.

Arrivée sous sa tente, elle se lava méthodiquement puis changea de chemise. Elle sortie, se dirigea vers Alma et prit son tapis. Il était l'heure...

Elle revint une heure plus tard. Contrôla son armure, la prépara et vérifia chaucune de celles de ses soldats. Rien ne serait laissé sans vérification.

Elle rentra dans sa tente. Il n'y avait plus qu'à attendre l'heure.
kazert a écrit:
Comment cela elles font pipi dans l'eau.....Kazert a le visage décomposé, se revoit faire une halte a un ou deux lieues en aval, garde la bouche ouverte...puis pars vomir dérriere un arbre...

-BEURRRRRK...tttttt...aaaaaaaaaaaaa

- C'est pas le jour a commencer a boire de l'eau

-BBBBeuuuuuuuurkk....aaaaaaaaaarh.

Il se dirige vers les hommes qui l'accompagnes et sort de la besace accroché a la selle de son cheval, une bouteille d'un alccol qu'un breton lui a donné gentilment aprés qu'il lui ait distribué quelques baffes . L'ouvre se rince la gorge, grache. Puis en boit une bonne rasade

- C'etait vraiment pas le jour a arréter de commencer de boire de l'alccol.

Il revient avec Artémis pré de Hélène et Neferoure.

-Une rasade pour toi, petite soeur......regarde Hélène.

- Je te donnerai bien de l'eau mais elle est ......pas bonne, et dans ton état chérie, l'alcool ce n'est pas bon.
La regarde avec les yeux qui brillent.
-Tu m'as manqué .....enfin si tu avais pas toutes ses trucs sur toi je te prendrai bien dans mes bras, pour te faire danser et t'allonger, faire tomber le haut de ta robe pour embrass ....Neferoure s'entruche en entendant Kazert et celui-ci viens de se rendre compte qu'il a parlé a voix haute .

Il est géné.....aprés tout non, ils ont fait pire . il sourit et chasse de son esprit la scéne a laquelle il pense


Il regarde la ville ......il voit quelques formes, sur les chemins de rondes. Il y a plus qu'a attendre......eux aussi savent faire des diverssions...

Tiens un poulet embroché se ballade sur le chemin de ronde.....ou alors il s'est fait empaler malproprement......Il faudrait peut etre qu'il montre comment en empale un poulet....d'ailleurs , un poulet peut étre considére comme le captain poulet de la basse cour..parce que pour la haute cours c'est réserve au coq.....kazert rit en pensant a tout cela, et jette un regard vers ses compagnons et murmure
-Pas de chace pour eux.....on a une meute de renard avec nous
Enguerrand_de_lazare a écrit:
Le premier Assaut mené contre la ville de Rieux et son antique château s'était soldé par un échec. Les troupes Limousines, aidées de leurs alliés n'avaient pu, traversant le pays Breton, emporter avec elle des armes de siège. L'assaut s'était donc fait à l'ancienne, à l'aide d'échelles de fortune et de tentatives de sape des murs épais de la forteresse.

Au matin du lendemain, Enguerrand parcourait le camp Limousin. L'armée avait entouré la ville, débutant ce qui allait probablement devenir un siège de longue haleine.

Les troupes avaient été ravitaillées. Il fallait maintenant penser à rendre étanche cet encerclement, et surtout à se protéger d'éventuelles attaques extérieures, ou contre attaques des habitants de la ville.

Chaque Gouverneur avait eu en charge l'aménagement d'une partie du camp. La circonvalation et la contre circonvalation avaient été terminées dans la nuit, et des postes de guet avaient été installés tout autour de la ville.

Des patrouilles partaient régulièrement dans les campagnes environnantes afin de repérer d'éventuels mouvements de troupes ennemies.

Il déambulait parmis ses hommes, éveillés depuis l'aube, armés de pied en cap, prêts à un éventuel nouvel assaut.


Hardis Soldats! L'assaut d'hier s'est soldé par un échec, mais nous montrerons aux bretons que les troupes Françaises et en particuliers les troupes limousines, savent se battre avec force et honneur!

Vannes est déjà tombée, demain ce sera au tour de Rieux!

Pour le Roy! Pour la France! Pour le Limousin!


Ragaillardis, les soldats reprirent en choeur le cri de victoire, prêts à nouveau à montrer aux bretons ce que valaient les soldats du Roy.
Assya a écrit:
Assya entendit Engue de sa tente et sourit... Vannes était tombé hier sous la pression de leurs alliés et avait tenue bon cette nuit contre la revolte des villageois... Quelle fierté pour l'Ost Royale.

Espérons qu'il en sera de même pour Rieux en ce jour. Elle s'étira de tout son long, se passa de l'eau sur le visage et sortie de sa tente.

L'air était frais, elle inspira profondément et partie à travers les tentes afin de réveiller ses soldats.
Dame_Ned a écrit:
La baronne de Fol qui bouillait déjà d'avoir dû attendre du renfort pour ramener les deux bretons qui les espionnaient depuis des lieux, se mit à hurler au milieu du camp.
Qu'est-c' que vous foutez tous ici? Vous avez pas de campement vous?
Je suis bien contante de vous voir tous, mais faudrait voir à ne pas stagner ici. Y'a pas assez de place pour tout le monde. Et surtout ça vous aurez écorché de venir m'aider?
Elle tira la corde au bout de laquelle était attachés les deux éclaireurs de lune bretons et traversa le camps pour les attacher à un arbre.
Poulette!!! Comtesse 3 pommes!!! au boulot faut les faire parler!
RocheGarde a écrit:
[Aujourd'hui apres l'attaque]

Les choses se passèrent vite , tandis qu’il répondait au baiser de sa femme , levant un sourcil sur le fait que ses muscles paraissaient mous et s’attendant a une nouvelle boutade sur son soi disant embonpoint , il entendit les cris de Ned , lâchant d’un coup sa dame ,il partit en courant vers l’endroit ou se trouvait les baronnes sans armes celles-ci encore dans la tente en criant .

Milane , Has , Alchior allez aider Ned !!

Voyant en arrivant que Ned semblait maitriser la situation , il fit volte face pour acceuillir Kazert , discussion enflammée puis finalement les mains se serrent , deux forts caracteres qui se rencontrent mais l’amitié l’emporte .

Il put enfin partir s’habiller sentant des démangeaisons sur le corps , et se joindre a la premiere attaque qui fut un echec .

Le soir ne lui laissa guere le loisir de s’occuper de ce qu’il avait vu comme des sangsues , la faiblesse le gagne , il se promis d’aller voir des aujourd’hui une barbiere bien que la mort valait peut etre mieux , peut etre feraient elles preuve de compassion en ne lui arrachant pas les dents ou en evitant la trepanation .

L’aube venu , il s’habilla prestement , grimacant encore , la lame sur le coté , la dague au niveau de la Jambe , son ecu frappé d’un lion à la main il monta sur Onyo son cheval marron pommelé de blanc , la il deambula dans le campement allié et finit par entendre avec un sourire le discours d’enguerrand .

S’arretant au milieu du camp devant le visage fatigué des soldats , il soupira un instant puis cria .


Bonjour a vous soldats , oui ce jour sera un bon jour , il sera encore un jour ou l’armée Limousine montrera a tous quelle armée elle est , comment elle sait faire son devoir et que c’est dans l’honneur que nous vivons .

Preparez armes , boucliers , mangez , ripaillez , levez têtes et bombez les torses car aujourd’hui encore le Limousin sera la , et c’est avec fierté que je vous rejoins enfin , que je peux me placer a cotés des grands hommes et femmes que vous etes .

Aujourd’hui nous vaincrons , demain nous vaincrons car Nulle defaite quand l’on se bat avec honneur !!

Pour le Limousin, pour le Roy !!! Pour nos femmes et nos enfants !!

Les bretons combattent avec honneur, faisons de même !


Il jeta un œil vers les remparts puis vers les soldats , donnant un coup sur le flan d’Onyo il fit de nouveau le tout du camp verifiant que tous etaient prêt .
Ewaele a écrit:
Ewa etait en train d'ajuster son armure quand elle entendit la voix de son gouverneur, elle continua a lacer son corset métalique, en se dirigeant vers Eng : Un petit coup de main ne serait pas de refus lui dit-elle en lui tournant le dos et en présentant les lacets a nouer.

Dis moi pourrions nous voir ensemble les différentes tâches qu'il y auraient a faire sur le campement et essayer d'organiser un tant soi peu cette belle et grande famille ?

Je pense qu'il va y avoir du fil a retordre avec certains... Elle sourit en pensant au deux femmes près de la rivière.

Bref je crois que nous avons du travail sur la planche.
Mais Rochegarde arriva a ce moment là, le moment était venu, ils allaient repartir a la conquête de cette ville...

Bon, je crois qu'il est tant !!! Comme d'habitude nous restons côte a côte a protéger les arrières de l'autre. Elle sourit tristement.
Elle le fixa cherchant dans ses yeux un début de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:06

lilynight a écrit:
En ce troisième jour d'avril, l'an 1455

La veille, l'armée a subit un echec pour la prise de la mairie, mais cela n'était qu'une question de temps. Rieux allait bien tomber un jour!

[Dans sa tente]

Lily dormait paisiblement dans sa tente, il faut dire que depuis le départ à la guerre, ils n'avaient guère le temps de se reposer. Surtout que son état l'a rendait fragile de jour en jour.D'ailleurs ces derniers jours, Lily avait mal au ventre et craignait une nouvelle fois une fausse couche. Tous ses déplacements lui ont donnés un sacré coup de fatigue mais elle évitait de montrer à quel point elle était mal au point.
Au moins la grande toilette d'hier lui aura fait du bien.

Elle entendit Assya parler à haute voix dehors. Lily sort de la tente avec le teint pâle, la salua de loin, elle savait qu'elle ne pourrait pas combattre dans son état. Elle décida de prendre l'air dans les bosquets...besoin de changer les idées, de penser... de toute façon les bosquets croupillaient de soldats alliés et bretons. Mais elle se disait qu'il ne toucherait pas une femme enceinte, hier un breton l'avait gentiment parlé et espérait ne pas la voir pour le grand combat...ce ne serait pas équitable de se battre contre une faible femme !
Aspharr a écrit:
Aspharr, cherchant partout Catou, ne la vois pas. Despèrait, il alla au milieu du campement. Regardant autour de lui comme quelqu'un qui étais perdu, il la vu dans son champ de vision. Il alla vite la redresser, et la traîna dans sa tente... Tapotant sur son visage quelques claques, douce il murmura...

Ma belle, je suis là... Ne t'inquiéte pas... Sa va alller...

Il prit alors un linge humide qui lui nettoya son visage, un peu boueux à cause de sa chute. Il la plaça sur son lit de campement et lui metta une couverture au-dessus, pour pas quelle et froid. Lui faisant un bisous sur ses lévre, il prit le chemin de la sortie...

Si tu m'entend, si qui n'est forcement pas le cas, je suis à la tente des barbiéres, du moin si il en a une... Je t'aime...

Il sorti alors de la tente et prit le chemin des tente des barbiéres, pour chercher quelques chose qui pourrais appesser la petite souffrance que Catou endure...
Enguerrand_de_lazare a écrit:
Enguerrand venait à peine de finir sa tirade, qu'il vit Ewaele sortir de sa tente, harnachée pour un nouveau combat.

Bien sur que je vais t'aider à t'équiper...il ne sera pas dit que je te laisserai attaquer l'ennemi sans être parfaitement prête.

Il était en train de tirer de ses deux mains pour fixer solidement le corselet de la jeune femme quand Rochegarde arriva à leur hauteur.

Il le salua d'un sourire amical et l'écouta haranguer à son tour les troupes. Puis, se tournant vers Ewaele, il lui répondit:


Je crois effectivement qu'il est temps de monter au combat à nouveau...Marquant une pauseEt bien sur, nous continuerons à nous protéger mutuellement, jusqu'à ce que nous rentrions chez nous, ou qu'Aristote veuille nous rappeler à lui!

Il lui sourit puis, reprenant son bouclier en main, et tirant son épée, il s'écria:

Allons y soldats! Que chacun s'équipe en arme!

Archers, prenez position, nous allons les transpercer de nos flèches et de nos carreaux!

Les équipes d'assaut, aux échelles, il nous faut prendre avant tout chose le château! Après celà, le reste de la ville tombera de lui même!


Regardant autour de sa position.

Mais bon sang, où sont les mineurs!...Ha, vous voilà! Occupez vous des tranchées. Nos positions sont encore trop loin de leurs murs. Continuer à creuser en angles droits, afin que l'ennemi ne puisse pas nous prendre en enfilade. Lorsque vous serez suffisament proches des murs, nous pourrons creuser un tunnel pour passer sous les fondations.

Il passait de groupe en groupe, vérifiant les équipements de chacun, réorganisant ses hommes en fonction de leur état physique et de leurs spécialités, attendant le signal final pour monter à l'assaut.
Dame_Ned a écrit:
La baronne de Fol entendit qu'il fallait repartir. Elle saucissonna les deux bretons à l'arbre.
Vous avez de la chance ce n'est pas sur vous que je vais me défouler pour l'instant, mais ne soyez point inquièts, j'ai des sacs de collection à remplir et la comtesse 3 pommes n'a plus de dents pour remplacer celles abimées de nos militaires, donc, quand nous en aurons fini de l'autre côté, je vous ferez personnelement amenés afin que nous finissions le traval commencé.
Les entendant beugler à la mode Limousine, elle sourit et leur fourra un chiffon sale dans le bec bien maintenu par un baillon. Elle siffla dans ses doigts et Nulli son cheval arriva d'un pas nonchalant.
T'es pas pressé non plus toi! Bon tu restes là avec eux, si quoi que ce soit bouge ici tu rue et tu gueules! Essaye de pas abimer ces deux là, enfin au moins pas la tête, pas les dessous de bras et pas les tibias.
Elle carressa sa monture, lui murmura à l'oreille quelques mots incomprehensibles, lui colla un bisou baveux sur la bouche et alla rejoindre le reste du Limousin rassemblé dans le camp.
Assya a écrit:
Après avoir hurlé aux oreilles de ses soldats afin de les reveiller, Assya repartie dans sa tente.

Elle se massa les muscles de ses bras et de ses jambes, évitant soigneusement la cicatrice encore trop fraîche de sa cuisse... Ce massage minutieux lui permettait de chauffer ses muscles afin d'éviter le moindre claquage.

Elle s'habilla, prépara son armure légère plus pratique lorsqu'elle se battait... Hésita mais se décida à ne pas porter de protections aux cuisses... Elle avait bien trop l'impression de trainer un boulet lorsqu'elle les portait.

Elle sortie de sa tente et se laissa emporter par la frénésie des préparatifs de combat.

Elle se dirigea vers la tente des barbières, entra et se dirigea vers Jizz...


Jizzounette, ma belle... Peux-tu me changer mon pansement?

Elle lui sourit, prenant sa petite tête de fouine.
kazert a écrit:
[Rieux, le campement]

En ce troisième jour d'avril, l'an 1455


Kazert est a la limite du campement observant le poulet....il est dit qu'il n'a pas de cervelle, que c'est l'animal le plus bête de la terre. Alors le considérer comme captaine poulet lorsque le cop n'est point la....Il doit se prendre pour le coq d'ailleurs, a croire qu'il a réussi a repousser une attaque.
Il plisse les yeux, sa respiration est lente. Le ciel est bleu, comme en été, une belle journée s'annonce.
Ll'escarmouche d'hier a suffit a jauger les forces en présence, et a centraliser les regards des bretons sur Rieux.....Rieux ce jour tombera, cela est sur aprés avoir lu les derniéres nouvelles de son ami.
Etonnant une nouvelle fois il va combattre aupres de Strakastre, que la vie est étrange quand même. Il songe que cela serait vraiment une malchance que tout les vassaux de la famille de Massigny perdent vie lors de cette guerre. Au moins ils auront prouvé leurs bravoure.

Il baisse la tête et songe a Hélène. Elle la quittait rapidement hier soir pour aller se reposer, la fatigue?
Mais il s'inquiéte, il sent que sa grosse lui cause des problémes, est ce normal?
Il la rejoignît dans sa tente mais celle-ci était déjà endormi. N'osant la réveiller il s'assit a sur un tabouret et pris son livre de sa besace, il en lu quelques pages avant de sombrer aussi dans le sommeil.

C'est une envie toute naturel qui le réveilla, il alla se soulager, revint et en faisant le moins de bruit se lava a l'eau froide.....

Il s'approcha d'elle et déposa un baisé sur son front tout en tirant la couverture sur ses épaules. Il suffisait de lire le regard de Kazert pour savoir qu'il aime Hélène , d'un amour très fort, puissant.
Après ce qu'ils ont vécu, comment peut il en être autrement.


-Messire Kazert

Kazet se retourne et se trouve en face d'une estafette.

-Cela dépend , de la raison de votre présence !

L'estafette et surpris de la réponse mais ne se démonte pas

-La raison dépend si vous ete Messire kazert

kazert sourit.

-C'est lui même

-Messire Nicotortue de Bras Sexes, vous fait demander il est ici même

Kazert a un grand sourire et ne peut s'empêcher de rire. L'estafette le regarde incrédule, kazert se calme

-Je ne connais aucun Bras Sexes, mais je connais un seul Nicotortue...dite lui que je le verrais avant l'assaut et qu'il y participe au passage.

Kazert a le sourire, mais il a besoin de se défouler. Il pars dans le campement et espère trouver Hélène, mais tombe sur une gentille barviére, a qui il s'emprése de dire qu'il sait épiler hier.

Il discute d'intendance, Kazert sourit se masse le menton, et lui donne rendez vous ce soir.

Kazert la salua en lui faisant un baise main et alla dans la tente de Hélène. Il la trouva vide, mais .....pour lui, elle n'était pas vide, il y avait sa présence partout. Malgré qu'elle soit soldat elle était toujours restée tres féminine, et tres soigné dans ses vétements, ce dit il lorsqu'il en pris un entre ses mains.


-huum.....c'est pratiquement ceux que je t'ai ramené la derniéere fois....il sourit
hasdrupal a écrit:
e Vieux Grigou était un peu dégouté... Tout d'abord il s'etait empressé de préparer l'armure de son Comte Rochegarde.... pour s'apercevoir que le jour n'était pas encore levé... loin s'en fallait!
Ensuite, en entendant l'appel de la Baronne de Fol... il s'était précipité avec témérité sur le chemin dubosquet.... pour trouver celui ci encombré de Limousins qui venaient y établir campement, ou parler de leurs amourettes ou Aristote en culotte de cheval sait quoi encore!
Impossible de passer, trop de monde, trop d'agitation. Il était resté bloqué et avait vu non sans soulagement, la baronne de Fol indemne ramener ses deux bretons saucissonnés et prêts à passer à la broche. Ce n'est quà ce moment qu'il prit conscience de ce qu'il tenait en main pour monter à l'assaut... un lourd saucisson dans lequel la Moinillonne n'avait pas encore planté les dents.
Il se dit qu'il raconterait Sa version de l'histoire a ses enfants de retour a la maison...


HRP j'ai passé la journée à écrire un bon petit RP... tant pis.. il n'a plus lieu d'etre... un peu agacé quand même
Dame_Ned a écrit:
La baronne de fol qui enfilait ses dernières protections jetta un oeil au bosquet de la pleine lune. Elle vit une silouhette familière s'y faufiler discrètement. Elle ajusta un peu plus sa vision et se rendi compte que la dite silouhette était bien celle de Dame Lilinight et que cette dernière se dirigait vers le camps ennemis.
Cheeeeeeef Cheeeeef regardez, là bas!!!
Mhooooooooo elle se joint à l'ennemis!!!
Elle.... elle.... alors ça alors!!!!!
L'est où le chef???
le corbeau malfaisant a écrit:
Yak yak yak

Alors les donzelles Twisted Evil

On papotte, on papotte et moi sa me casse les oreille Twisted Evil

Pouvais pas aller plus loin et me laisser mon maronier Yaaakkkkk Twisted Evil

Yak yak yak
Dame_Ned a écrit:
La baronne de Fol toujours bouche ouverte à beugler, ne quittait pas des yeux le bosquet. Elle se saisi de son arc, envisageant un instant de stopper la traitresse avec une bonne volée quand son champ de vision fût traversé par un corbak. Elle ajusta, suivi le volatil et décocha. En plein dans le bec! Elle sourit rengea son matériel et se remit à beugler.
Cheeeeeeeeef!!! Bon sang vous êtes où?
hasdrupal a écrit:
e Vieux, jamais loin quand il s'agit de manger, brandit le freux avec un sourire triomphal.... jusqu'a ce que l'odeur lui arrive aux narines..... qu'il a délicates!

- J'ai une charogne !!! Surment porteuse de la peste... vite, un trebuchet pour l'envoyer a nos hôtes!!!
le corbeau malfaisant a écrit:
Yak yak yak

En plus pas fufute pour tirait Twisted Evil loupée Twisted Evil

Faut s'entrainer comme moi Yaakkkkkkk

Le corback lache un grosse fiente sur la tête du chef Twisted Evil

Il es la ton chef, tout décoré maintenant Yaaaakkkkkkkkk

Yak yak yak
Dame_Ned a écrit:
Regardez Chef..... me suis défoulée!
RocheGarde a écrit:
Rochegarde enfin de retour descend de cheval stoique puis s'avance vers le camp . Arrive devant Ned un sourire mauvais sur le visage .

Ned un bien beau volatile que voila mais me semble bien peu ragoutant , est ce lui qui visait mon casque ? Si c'est le cas surtout prend ton temps pour le plumer .

Puis d'un coup se tremousse et enleve son armure

Et maintenant qu'on m'enleve ces sangsues !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:07

alchior a écrit:
Le camps fourmillait d'activité. Et l'assaut battait son plein... Alchior allais et venais preter mains forte du mieux quelle pouvait.. comptant aussi les blessé, les personnes qui pouvaient encore monter à la mairie. Serait-ce le bon jour cette fois.. Les cris de joies de ned d'avoir cloué le bec du volatile et l'arrivée de Roche la sortie de son comptage.

Elle se precipita vers son mari, lui porter secours.. l'aidant a retirer sa chemise..puis defaire ses braies.. le spectacles etait.... saisissant... les sangsues bien au chaud et à l'humidité s'etaient gorgés de sang.. et etaient gonflées..


Boudiou!!! avec ca t'es encore vivant???

Elle attira son mari près du feu et pris un sac de sel.
annlor a écrit:
La Baronne de Rien qui beuglait encore et encore tant et plus , vit sa poulette avec un volatile ..piqué dans le bec ...Ouch fait mal ca , enfin, ca l'empêchera de lacher des fientes encore plus puantes que les cuisses de moutons sèches de la blonde!...

Droite , gauche, gauche droite ...DROITEEEEEEEEEEEEEEEEE!

Stop, arrêt sur image ...La Comtesse Trois pomme avait la main glissée dans la braie ..Gauche, droite , droite , gauche..NON, MILIEU!! du Comte Pince-fesse....

Rhooooooooo , v'nez voir les gars ..Et les filles! Le spectacle vaut le détours!
RocheGarde a écrit:
Gromellant et marchant difficilement ; serrant les dents , il suit Alchior , posant une main sur son epaule

Moi a peine . .mais elles je peux t'assurer que oui , heu .. mon amour tu sais comment enlever ca ? Pas trop le moment de saler le jambon non ?

Pfff .. commence bien ,premiere assaut et je me vide deja de mon sang .


S'assoit difficilement , se laissant presque tomber , un regard noir vers Ned et Annlor

Vous auriez pas pu me prevenir qu'il y avait des bestioles la bas vous !!
Dame_Ned a écrit:
La Boronne de Fol regardait avec interet la technique de la Comtesse 3 pommes pour oter les bestioles. Elle entendit à peine la remarque du Comte. Quand celà repassa par l'autre oreille après avoir rebondi moultes fois dans sa boite craniènne, son regard remonta vers celui du pauvre homme.
Ben prévenir! Prévenire de quoi? Que fallait pas nous suivre pour admirer les pleines lunes? Pis j'en savais rien moi que c'était infesté de sales bêtes, me lave pô! Enfin... pô en ce moment!
Elle replongea son regard sur la travail de dame Aly.
alchior a écrit:
Certaines sangsues tellement repues de sang, tombaient toute seules qu'Alchior tiraient dessus... promptement elle les ramassa et les jetta dans le feu. Imaginez un peu le cri de la sangsue brulant dans les flammes.

Les autres bien accroché dont certaines à des endroits des plus intimes furent traités au sel.. moyen radical de faire se retracter et degorger un sangsue rapidement... Alchior preferaient ne pas regarder le visage de son mari, pensant que l'action du sel sur sa peau ne devait pas l'arranger.. entre les demangeaison et les picotements.. on pouvait se demander ce qu'etait le pire.. Toujours est t-il qu'elle retira les sangsues tout en douceur prenant bien garde de ne pas abimer les choses de la vie.. qui sait ca pouvait encore servir..


dis donc tu m'avais dit que ce ne serait pas un voyage des plus plaisants mais tu aurais pu m'avertir que nous avions a faire a des barbares.

Puis voyant les femmes regarder avec interet.

Heu Ned !! j'croyais que tu avais déjà eu des cours d'anatomie??

RocheGarde a écrit:
Son visage de décomposa quand les premières sangsues allèrent dans le feu , serrant toujours les dents , il se voulait bravache mais ne pouvait retenir frissons et horreur n’osant regarder , esperant secrètement que les degats ne soient pas irréversibles .

On profite du spectacle mesdames ? aiiee ….. ca brule le sel Aly !!

Agrippant la terre , il eut un sursaut quand le sel se deposa , pleurant presque de douleur quand les dernieres sangsues furent enlever , il marmonna a Alchior d’une voix plaintive .

Tu crois .. que j’suis eunuque maintenant ? … j’ai l’impression de crier comme Annlor .

Il regarda sa femme puis les autres dames

Le prochain breton que j’attrape , je lui fais bouffer ses sangsues !!!
Dame_Ned a écrit:
Ned plissait les yeux pour mieux voir comment les bestioles s'agitaient avec les sel. Quand Aly lui adressa une remarque qu'elle comprit parfaitement. Elle dicida de faire abstraction de celle-ci et tendi au Comte un fiole de prune qu'elle sorti de sa besace.
Tenez chef, ça vous aidera!
Puis elle fini de s'arnacher pour aller executer les ordres.
annlor a écrit:
Annlor finit par détourner le regard ...Ca lui filait la chair de poule , ces sales bestioles...Pauvre Chef...Moment d'infime tristesse et de désolation ...Pis Hop, c'est reparti !

Meuhhhhhhhhhhhhh Poulette , attends moi ..! Laissons les s'occuper de ca ...Faut se préparer à ton accession au trone là!T'as déjà chopé un pigeon! Joli boulot ! fffff fffiuuuuuu (essai de sifflement)

La Blonde partit donc plus loin afin de se faire une mise correcte pour les évènements futurs ...Aiguisage de griffes en perspective..
catou948 a écrit:
sa faisait déja 2 jours qu'elle s'était évanoui.Catou se sentait toujours mal mais elle devait manger car elle mettait en danger sa vie et celle du bébé

Elle tremblait, ses jambes ne voulait plus avancer mais elle devait rejoindre les autres soldats.S'habillait tranquillement son corps ne lui permettait pas d'aller plus vite.Trouva de la nourriture près de son lit.Elle le mangea seulement pour se donner de l'énergieElle se dirigea vers la sortie de la tente toujours en tremblant.Sa respiration devenait difficile.Catou cherchait des yeux Aspharr mais ne le trouva. Elle s'assura que son épée était bien dans son fourreau.Ce préparait a partir vers les autres soldat mais sa vision se brouilla


Mais qu'est que j'ai enfin!!!!!!

Elle s'assit sur son lit et ferma les yeux juste pour reprendre ses esprit.Elle sanglota pourquoi malgré sa fragilité elle voulait toujours dépassé ses limites à s'en rendre malade.Elle négligeait Aspharr qu'elle aimait plus que tout, le bébé aussi....elle se battait malgré tout ....mais se qui la tourmentait le plus c'est qu'elle sentait qu'elle ne remplissait mal son devoir de soldat Mais pourquoi tous ces choses la tourmente tant.....
Dame_Ned a écrit:
Le campement se vida d'un coup, la nuit allait être longue une fois de plus. Chaque Limousin, chaque Homme et Femme du Roy présent avait prit arme pour attaquer la ville. Dès le début, Dame Lilinignt retrouva ses amis et la Baronne de Fol lui colla un bisou baveux tout en faisant tournoyer son tranchoir au dessus de leurs têtes. Le combat dura toute la nuit, il fut rude pour les deux adversaires, mais au petit matin, l'olifan sonna la retraite pour les troupes Limousines. Chacune se replia sur son campement.

La Baronne de Fol à peine arrivée se précipita sur l'arbre au quel était attachés les deux bretons baillonnés.


Ben mes petits gars, faut pas dormir comme ça! C'est pas confortable!
Elle mit ses mains en porte voix et .... beugla.... ben oui faut s'y faire n'est pas Limousin qui veut!
Alllllyyyyyyyyy!!! Pouuuuuuuuuulette!!! Notre entrainement nous attend!!!!
Ewaele a écrit:
Ewa revenait a côté de ses compagnons après une nuit assez difficile il faut l'avouer.

Elle alla directement voir sous la tente du Gouverneur de Bourganeuf, hélas il n'etait pas encore rentré, elle ne l'avait pas vu depuis quelques jours déjà et etait soucieuse pour Zzly...

Ewa retourna vers la tente d'Enguerrand, elle avait besoin de s'occuper l'esprit pour ne pas penser, reflechir, et laisser son esprit divaguer.

Elle souleva un pan de la toile, regarda Eng défaire son casque, et lui dit :

Es-tu très fatigué ?
J'ai besoin de me changer les idées tu as quelque chose a me proposer ?
Elle le fixa et attendit une réponse.
Enguerrand_de_lazare a écrit:
Enguerrand était revenu fourbu de ce nouvel assaut.

Certes, les forces royales n'avaient pas réussi à prendre ni la ville ni le château, mais les tranchées avaient formidablement bien avancées durant la nuit, et il serait bientôt possible de faire sauter un mur de la citadelle.

Il était couvert de poussière, de sang, et ses vêtements étaient trempés de transpiration suite aux combats menés durant la journée et la nuit dernière.

Il s'apprêtait à retirer ses vêtements, et à se reposer quelques instants, lorsqu'Ewaele se présenta à l'entrée de sa tente.


Bonjour Ewa, entre, n'hésite donc pas ainsi...

Continuant à retirer son harnachement, il écouta la jeune femme.

Te changer les idées? Souriant largement...Ho,j'aurais bien deux ou trois propositions, mais la plus sage me semble être un petit tour du campement, histoire de surveiller nos hommes tout en devisant tranquillement, qu'en pense tu?
Ewaele a écrit:
Elle le dévisagea un instant entre poussière, sang et trait tiré, elle se demandait si elle n'aurait pas mieux fait de le laisser se reposer.

Elle sourit quand il lui proposa de faire le tour du campement,
oui pourquoi pas, mais prends ton temps je ne suis pas au pièces, je serais etre patiente.

Elle s'installa dans un coin de la tente, elle n'avait même pas retiré son armure... elle se laissa choir et attendit son Gouverneur.
Enguerrand_de_lazare a écrit:
Il fit un pas vers la sortie.

Hé bien, quand à moi, je suis prêt. Si tu le veux, allons y tout de suite.

Il souleva un pan de sa tente, jetant un oeil au dehors.

D'autant qu'il règne dans notre campement une ambiance plutôt agréable, ce qui aide à supporter ces durs combats. Il ne sera pas dit que les soldats du Limousin, non content d'être de valeureux guerriers, ne savent pas rire et se détendre, même face au danger.

Il se tourna vers Ewaele, lui tendant la main.

Allons, viens, j'ai même repéré un magnifique saule ou nous pourrons nous reposer quelques instants...Et tu sais combien j'apprécie la tranquilité que l'on peut ressentir au pied d'un arbre...
Ewaele a écrit:
Elle lui prit la main, se laissa aider pour se relever le regarda en souriant et enleva son casque laissant descendre en cascade ses long cheveux blond.

Oui tu as raison allons voir se saule et reprendre un peu de force en faisant le tour du campement ça nous fera le plus grand bien.

Ses pensées etait toujours préoccupé par les soldats qu'elle n'avait vu depuis un moment.
Elle se promis de faire un effort pour passer un agréablement moment sans se laisser envahir par de mauvaises ondes.
Milane a écrit:
Milane revint fourbue et surtout affamée. L’espèce de petit moineau que les bretons nommaient pigeon n’avait pas suffi remplir la panse. Restait le corbeau suspendu à une branche que la baronnette de Fol avait fait taire d’une flèche dans le bec.Pff bien trop maigre. La peche ne lui disait pas grand-chose, rien qu’à voir la couleur de la vilaine, une vraie fausse à lisier.
Un coup d’œil vers le coin des deux bretons la fit sourire. Ned et Aly allaient procéder à leur torture habituelle : sac à pouals et collier de dents.
Has semblait reveur, un parchemin sur ses genoux, une plume dans la main droite. Milane se leva et vint lire derrière son épaule…écrirait il ses mémoires ?.

hasdrupal a écrit:
Il est plus que temps de se préparer. Le Comte dégouline et sa mine réjouie fait pincer le nez de Has. Pas de danger qi'un bain glacial et superflu lui donne ce sourit béat.
Has s'approche de la tente, en ressort en ahanant, tirant un mannequin habillé de la brigantine du Comte. Il faut plusieurs personnes et une bonne heure pour passer cette Vierge de Fer Reyne des combats, alors autant commencer tout de suite.


- Jaaaacques! Ta femme la Comtesse trois pommes a briqué l'armure. Si tu te place bien dans le soleil, tu aveugles tout breton à la vue basse. Après, y a plus qu' a le mortir d'un bon coup de brise crane. Elle s'occupe de votre argenterie aussi bien?

Le Comte approche, son sourire épanoui s'est volatilisé pour faire place a un regard anxieux a l'armure. Connaissant Rochegarde, Has sait bien que ce n'est pas le combat à venir quii l'inquiète.... Un présage?

- Allez hop, enfile le Jaque.... dit Has en lui tendant le lourd gilet de peau. Le corselet en fer doit être fixé dans le dos une fois les bras passés dans les ouvertures et la poitrine bien en pla....

- Tiens ... ton armurier a mal ajusté le corsel.... euh.... Tu n'aurais pas pris un peu de... Sous le regard glacial, Has préfère se taire. Il allonge les sangles et serre du mieux qu'il peut. Il sait bien que de la façon dont l'armure est mise, la vie de son porteur est sauve ou fauchée. La confiance du Comte est précieuse. Puis le lourd camail fait de mailles qui lui recouvre tête et épaules.
Gorgerin, Braconnière, Brachèle sur les bras, bavière... Le soleil montait... les rayons dardant sur le fer poli, Roche commençait a suer a grosses gouttes. On enfila maladroitement le surcot armoyé et le fer ne fut plus aussi brûlant.
La moitié des pièces étaient encore à fixer et le poids devait déjà etre considérable.
Pour finir, Targe sur l'épaule et fixation du baudrier, et ses innombrables lanières qui tenait tout le fourniment a faire disparaître sous l'armure.


- T'es beau comme une statue ! Respire pas trop fort et tout se passera bien. Ne crie pas, évite de frapper a deux mains et surtout.... ne tousse pas! Sinon tu expulses le corselet. La Fortune et la Boulasse veillent sur toi!
Contemplant une dernière fois son travail, Has s'éloigna satisfait, ses préparatifs moins imposants devant néanmoins être faits.

Milane explosa de rire en lisant la suite: Le souvenir de Ned aux prises avec deux bretons éclaireurs...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:08

Hasdrupal a écrit:
Lançant un cri inarticulé, le Vieux Grigou se rue vers le bosquet pour se retrouver nez à nez avec ..... deux bretons fuyant la vindicte de la Baronne de Fol.
L'un se tourne pour faire face à cette dernière, l'autre jauge son nouvel adversaire avec un rire sardonique et édenté.
Si ce n'était la précipitation du moment, le Vieux aurait été vexé par ce jugement condescendant de son adversaire.
Il n'est plus de première jeunesse, soit, mais y a de beaux restes, voire même, il a pris des épaules et des bras à porter la Trépaneuse jusqu'ici.
Hop! Hop! Il est temps de se mettre en garde contre le tondu qui rigole grassement. Un bon coup de flamberge dans sa vilaine face.... l'adversaire pare maladroitement.... il va la sentir passer.....


... Poc!.....


Comment ça "poc!" ???
C'est quoi ce petit poc de rien du tout? Alors qu'il devrait y avoir bris d'os, escarbilles et hurlements de goret !!!!
Un peu hagard, il regarde son bras armé d'un moignon de saucisson dont la partie amputée a produit ce bruit incongru bien que modeste.
Le Vieux change de couleur, un saucisson - même bien sec, même face à un breton amateur de cochonailles - ça va être un peu juste.
Un souffle! Rentrer le bide pour éviter de le voir se vider par terre, baisser la tête pour ne pas la perdre. Un pas de coté pour garder ses attributs d'âne! Un sourire pour faire bonne figure....
Quelques instants à ce régime et le palpitant du Vieux cogne comme un bélier à la porte. L'autre - malpoli - s'apprête à écourter l'entrevue, la faisant passer de "virile discussion" à "oraison funèbre pour morceaux de Vieux éparpillés". Il lève sa vilaine lame épaisse et rouillée....
.... Quand un chapelet de saucisses ventrues s'enroule autour se son poignet!!! A l'autre bout, la Moinillonne fait un large moulinet de sa besace: magnifique course elliptique qui s'interrompt brutalement sur le nez patatesque du breton.
"CRAAAAC"!!! fait le nez. "KLONG" fait la besace. Nul doute que l'épaisse tenaille de 15 livres qui sert à arracher les dents et qui ne quitte jamais la besace, a magnifiquement prouvé l'excellente robustesse des instruments de chirurgie de précision du Limousin!
[/quote]
hasdrupal a écrit:
e vieux Grigou regarde la ville assiégée, prostré.
Dans l’assaut précédent, il était monté comme bien d’autres sur une échelle branlante. Les sapeurs d’Enguerrand de Lazare avançaient, mais la tranchées n’était pas encore au pied des murailles.
Pendant cet assaut, le Vieux avait distribué ses coups au petit bonheur. Son groupe, emmené par des hommes et femmes aguerris, avait pris pied au sommet. La pagaille était incroyable et il n’avait touché personne au début. Il était arrivé sur le chemin de ronde un peu perdu et tenait son épée fébrilement.
Une ombre voila son visage. un cri retentit à son coté. Une femme se précipita vers lui et leva sa fourche. D’un geste brusque il voulut la repousser. Il connaissait cette femme grisonnante, elle avait partagé ses jeux d’enfants avant que son frère et lui ne quittent la Bretagne. Si lui l’avait reconnue, elle ne semblait pas se rappeler de lui tant il était hirsute, sale, barbu. Il voulu lui crier d’arrêter, en vain ! Elle s’approcha pour le pousser dans le vide de sa fourche...
Alors il eut ce geste impatient, brutal, pour l’éloigner, oublieux qu’il tenait une épée...

... La gerbe de sang qui jaillit de son flanc fût la dernière chose que le Vieux distinga nettement. Toute la suite : la femme qui se tient le ventre et qui disparaît dans la mélée confuse des défenseurs, le rappel des troupes limousines, la descente de la muraille achevée par une chute lorsque l’échelle fût repoussée, la course vers les abris pavoisés pour échapper aux flèches, tout se perdit dans un voile brumeux et sanglant.

Il ne lui reste plus que le cri muet de cette femme qui résonne silencieusement dans son esprit, oblitérant le monde alentour.
alchior a écrit:
L'oprération sangsue de la veille avait passablement énervé, Alchior. Son mari devant être mis au repos pendant quelques jours pour récuperer de son anémie et de la fatigue des assauts contre les bretons.

Aussi lorsqu'elle entendit la douce voix de la baronne de Fol, entrevit-elle l'occasion de passer ses nerfs sur les deux malheureux egarés qui s'etaient trouvé sur leur route.. Elle apporta avec elle, ses ustensiles ayant de nouveaux l'occasion enfin d'exercer son art et de poursuivre sa collection de dents gâtées!


Ma chère Ned me voici!! J'ai apportés avec moi quelques objets qui me sont précieux!! Et aussi un petit bonus..

Là elle tira sur une cordelette, et une biquette surgis de derrière elle en bêlant, avec sur son dos un petit sac de sel...
Aspharr a écrit:
Aspharr, n'étant pas aller à la tente des barbières, pour finir.
Retourna dans sa tente voir Catou...
Celle ci était mal en point.
Aspharr l'a prit dans ses bras, et lui donna un baiser sur ses lèvres.


Ne t'inquiéte pas, je suis là, et même si tu n'arrive pas à marcher. Je serais la pour te porter, toi et le bébé.

Il lui fit un clin d'oeil, malgrès que l'état de Catou ne s'arrangeais pas.
Et il l'a prit pour la soulever.
Il lui tenda alors sa main et montra la sortie...


Vien mon coeur... Je t'aiderais à atteindre l'objetcif...

Aspharr, fit un sourire, malgrès que se qu'il disait, n'avais rien à voir... Et continua son action.
catou948 a écrit:
Catou sourit à l'entré d'aspharr....il s'occupait si bien d'elle
Elle se leva tout doucement mais tout tournait se qui l'étourdi à la faire vomir.Elle tomba à genoux et se cogna volontairement le t^te contre quelque chose de dur..... ses yeux changea.... la rage les habitaient


Bordel!!!! je dois pas me laisser manipuler par la maladie.

Elle ferma les yeux quelques instants quand elle les rouvrit...Elle regarda Aspharr...ses yeux venaient encore de changer on y voyait de la tendresse

Catou se leva et pris la main qu'Aspharr lui tendait.Elle se leva péniblement....ses jambes étaient tremblante mais elle décida tout de même de suivre Aspharr

Allons-y avant que ma force me quitte de nouveau
Dame_Ned a écrit:
Ned vit la Comtesse 3 pommes arriver pleine d'énergie et d'armes. Elle admira les ustensils et fût surprise par la biquette.
Whaaaa t'as piqué ça aux bretons pendant l'assault?
On va pas attendre la baronne de Rien, elle doit être allée se reposer.
On lui en laissera pour demain.
La baronne de Fol détacha l'un des bretons et s'amusa à suspendre l'autre à l'arbre tel un saucisson. Elle plaça l'homme sur un planche et le ficela en extention. s'adressant à Aly
Tiens mets ton doigt là pour la rosette finale.
breccan a écrit:
Il fait nuit noir maintenant et le camp est presque calme.
Enter les eclats de rires et autres discussion on peut reussir à entendre des bruits de pas etouffés.

Ces pas ce sont ceux de Breccan qui encore une fois n'arrive pas a trouver le sommeil.
Il y a trop de tensions dans l'air pour dormir paisiblement.
Bien qu'il soit dans un camp rempli de soldat,il se sentait bien seul...
Breccan ne se laissa pas abattre pour ça car le temps qu'il ne gaspillera pas en parlote il le passera a s'entrainer encore et encore pour devenir de plus en plus habille à l'épée et pourra de ce fait apprendre et maitriser de nouvelle techniques au corps à corps.

Pendant son errance Breccan cru reconnaitre la voix d'Ewa.
Elle n'etait pas seule mais il ne put reconnaitre avec qui elle etait.
Il marcha encore quelque minutes ou quelques heures.
Le temps n'avait plus trop d'importance.

Quand il en eut marre, il rentra sous sa tente et ferma les yeux pour essayer de dormir

antlafouine a écrit:
En ce début d'après midi, Ant alla se reposer un peu près du camp Limousin, il se coucha dans l'herbe et comme à son habitude posa son chapeau sur sa tête, c'était le meilleure moyen de faire abstration de la situation actuelle et d'avoir les idées claires.

Quelle chance en ce si beau jour, pas de révolte ... juste un petit boulot, Ah ... les petits boulots et se reposer ainsi, cela lui fait bien penser à Ventadour, une seule chose manque ... les habitants bien sur sans quoi tout cela ne rimerait à rien mais surtout ... LES TAVERNES !!!!

Il soupira et se dit qu'une bonne mousse lui ferait le plus grand bien, malheureusement les tavernes sont interdites ...


Arf .. ces Bretons, se dit-il doucement en soupirant longuement.
alchior a écrit:
Elles avaient à peine eu le temps de finir d'installer les malheureux que de nouveaux étaient arrivés... et durent abandonner une nouvelles fois leur pauvres victimes. Elles avaient chargés de jeunes soldats de veiller sur eux(tout en veillant a ce qu'il ne meurt ni de soif, ni de faim) pendant qu'elles partaient avec le reste des troupes, une nouvelles fois a l'assaut de la ville qui s'averaient plus difficilement prenable que ce qu'on avait pu estimer.

Aussi, l'assaut fini et après avoir récupéré quelques heures que la baronne de fol et comtesse 3 pommes après avoir reveillé la baronne de rien. se retrouverent de nouveau face aux deux hommes...

La biquette, elle broutait toujours pres des prisonniers gouttant les jeunes pousse de printemps.. Son sac de sel toujours sur le dos.


Bon, bon!! puisque nous avons un peu de temps devant nous.. occupons nous de ces oiseaux là!! Baronne de Rien, par quoi veux-tu commencer... nous avons au choix.. cours de chirurgie dentaire, épilation façon Ned (souvent imité , jamais egalé) et puis nous avons biquette..

Là Alchior afficha un net sourire, tout en se delectant du regard d'incompréhension des pauvres malheureux.
Dame_Ned a écrit:
Ned farfouilla dans sa besace, elle sorti un petit sac de toile. Elle regarsa avec attention la pauvre chose ficelée et lui arracha sa chemise. Elle recupéra les morceaux, les plia et les mis de côté. Elle fut surprise de voir autant de.... gras....
Boudiou pô étonnant qu'il soit discrète comme un sanglier celui là!
Pis alors coté pouals.... c'est pô de première qualité! Regarde moi ça sont tout rabougris et vraiement éparsse.
Elle regarda Annlor avec un sourir vicieux.
On te laisse l'honneur mais tu ne m'abimes pas la matière première!
Enguerrand_de_lazare a écrit:
[Campement Limousin au petit matin]

Le camp était encore silencieux, le soleil n'avait pas encore jeté ses premiers rayons sur le Duché breton, que déjà un petit groupe de soldats Limousins et alliés était rassemblé en bordure de la ligne de défense intérieure.

Aucun d'entre eux ne portait d'armure ou de casque. Ils étaient tous vêtus de la façon la plus simple, pour ne pas dire la plus frustre. Un oeil aguerri aurait pu entrapercevoir par moment le pommeau d'une épée ou d'une dague dépasser d'un manteau ou d'une cape, mais le commun des mortels aurait pu prendre ce groupe pour de simples paysans bretons.

Leur chef donnait les dernières instructions.


Rappelez vous soldats. Votre mission est de la plus haute importance. Vous serez infiltrés au sein même des défenses ennemies. Chaque seconde passée là bas risquera d'être votre dernière.

Les hommes et femmes rassemblés autour du leader l'écoutaient avec attention. Aucun ne montrait de signe de peur. Tous étaient volontaires pour cette mission à haut risque, et chacun savait pouvoir compter sur son voisin en cas de danger.

Et souvenez vous. Vous devrez parler le moins possible. Même si nous avons tous bénéficié de cours de bretons, notre accent pourrait nous trahir. Vous etes de rudes paysans venus aider les habitants de Rieux. Vous etes rustres. Vous ne parlez que le moins possible, et ne répondez que par un grognement. Si vous ne comprenez pas ce qu'on vous dit, faites mine de n'avoir rien entendu.

Le chef se tut, puis regarda les volontaires un par un.

Sachez que quoi qu'il advienne, je serai fier de vous, et il sera dit partout que vous avez bravement osé affronter l'ennemi en ce jour. A partir de maintenant, répartissez vous en groupes comme nous l'avons exposé hier, et plus un mot, plus un bruit.

Rapidement, de petits groupes de 3 ou 4 hommes se rassemblèrent, et partirent se disperser dans le campement.

Quelques instants plus tard, profitant de la pénombre encore présente, les groupes s'avancèrent vers la ville, se dissimulant dans le relief environnant.

Déjà les premiers d'entre eux atteignaient les lignes de défense bretonnes, se faisant passer auprès des sentinelles pour des renforts arrivés des terres avoisinantes.

La journée serait périlleuse, mais la première partie de la mission s'était déroulée sans encombre.
hasdrupal a écrit:
Il est temps d'aller voir ce que ses compagnons ont soutiré des bretonnant bretons. Un interprète ?

-RAAAAAAAAAAAAAASP !!!!!

L'appel fait fuir quelques lapins, glapir le Goupil, hurler le Leu, peur au marmiton et tomber la soupe!
Une chausse, lancée avec une précision admirable, vient mourir sur la poitrine d'airain du Vieux Grigou.
Raspoutine Saincte Merveille, remarquable rouspéteur, bretonnant a ses heures, homme à danseuses s'il en fut, connu sous le nom de "Postillon" pour l'opération en cours, sort de sa tente, un pied nu.

- Pfffttt ! Je te rappelle, vieux fol, que si quelqu'un peut donner des ordres ici, c'est moi! T'es plus au tribunal mon frère.

De tout autre, cette rebuffade aurait provoqué une réplique acide, acerbe et acérée. pour son cadet Postillon, le Vieux a une réponse acide, acerbe, acérée sur un ton doucereux.
- Si son Excellence l'Ambassadeur, Sa Magnificence le Gouverneur en Second, Sublimissime Tribun voulait bien ramener son auguste et - parait-il - merveilleux DERCHE pour interroger les prisonniers, le royaume reconnaissant serait prêt à lui baisouiller les ripatons qu'il a fort sales au demeurant, même selon nos standards familiaux.

Sieur Postillon barre son front du pli de l'ennui suprême. Il se retient de coller une taloche a son aîné mais lui balance un "serr da veg" bien senti, n'étant pas sûr de ce que le vieux a oublié de son breton maternel. Il le dépasse, non sans ramasser sa chausse et s'éloigne dignement vers la tente des baronnettes d'où s'élèvent des cris de bêtes écorchées vives et un ricanement démoniaque, quoique haut perché.
Le vieux Grigou a un sourire indulgent pour les amusements de ces dames et de la Comtesse trois pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:09

Assya a écrit:
Assya était positionnée aux cotés du Gouverneur Engue... Elle était vétue d'un pantalon sobre et d'une chemise recouverture d'une pelisse... Ainsi vêtue, elle parraissait être une simple villageoise.

Elle avait laissé ses insignes, son armure sous bonne garde dans sa tente.

Puisque les rangs ennemis étaient si bien organiser, il fallait les attaquer à la base, les infiltrant et apprenant ainsi leurs failles.

Bien différent des combats qu'elle affectionnait, elle appréciait tout autant cet aspect de son métier... Ses soldats avaient rejoints ceux de Engue et tous ... Par petits groupes, prirent le chemin du village pendant que l'aube pointait doucement.
annlor a écrit:
Aux prises avec deux saucisses bretonnes

Heu meuh j'dois faire quoi , moi????J'suis pas barbière ...Enfin, heu...

Tout doucement, la Baronne de Rien retroussa manches et jupons ...-Précision , l'assaut est fini depuis hier mais il y en a eu un autre mais mais ..Qu'est ce que c'est que ce borde!!!Bref , annlor a enlevé armure et ..culotte oui oui -...puis revint vers le Breton saucissonné par la baronne de Fol avec sa comparse la Comtesse Trois Pommes , puis tira la langue quand...

Arrêteuhhhhhhhhh! Pffffffff , va falloir lui donner des cours à celle là!

Hé oui, que voulez-vous, Annlor avait sortie sa langue, prête à lécher les pieds d'la saucisse bretonne numéro un ...L'avait rien compris la Blonde aux techniques de la guerre !...

Les copines vinrent aux renforts et commencèrent leur plaisir particulier ...
Dame_Ned a écrit:
Ned explosa de rire puis poussa la Baronne de Rien délicatement enfin... avec sa délicatesse baronnesque habituelle. Celle-ci vola près de la biquette.

Oups! Ben vous faites la paire vous deux! Ma poulette t'es pô une biquette! Tu vas pô lui lecher les pieds, tu pourrais attraper la mort! Bon alors tout est question de motivation...

Elle réflechi, essaya encore, secoua la tête, se reconcentra et afficha un sourir émerveillé par son géni.

Pense à ton poualux, quand il rentre tard bourré et sentant le bouc et qu'il te dit qu'il avait du travail à la mairie.
Tu y'es là?

Voyant une lumière curieuse passer dans les yeux de Poulette, elle comprit qu'elle avait fait mouche.

Bon alors ensuite tu laisses aller ta cervelle et tu fais tout ce qui y passe. Enfin non pas tout! Juste les choses immondes.

Voyant les flammes illuminer le regard de la Baronnette, elle fut parcourue d'un frisson.

Moui, bon donc voilà, t'es motivée là!
Ensuite vient la technique. Là faut de l'entrainement. Au début tu tatonnes, mais en observant bien la victime, tu sais si tu fais bien ou pas.
Regardes.

Elle prend son plus beau sourir, carresse le bidon bien gras du breton tout en le regardant dans les yeux. Elle y voit comme un apaisement, à la limite du bien être. Elle continue de lui sourir et se penche en son torse. En quelques seconde elle ouvre la bouche, attrappe un peu de pouals entre ses dents et tire d'un fort coup de tête. Le breton pousse un hurlement. Elle recrache sa moisson dans le sac de toile déjà préparé et s'enfile une razade de prune. Lorsqu'elle comptemple sa victime, elle lit l'incompréhension dans son regard. La zone chauve commence à rougir, elle verse alors quelques goute d'une prune freulatée dessus.

Regardes le bien tu vas voir.... Tu vois les larmes qui coulent au coin de ses yeux... C'est q'uil est heureux!

Elle le regarde, lui attrappe les joues et dit en les secouant de droite et gauche et de haut en bas:

Hein qu'il est heureux là avec ses pleines lunes!

Regardant dans sa bouche elle pousse un hurlement.

Whouaaaaaa!!!! Comtesse trois pommes!!! T'as de quoi faire là!!! Montres à Poulette une autre technique!

Elle se recule, un sourir ravi au coin des lèvres et laisse la place à Aly.
Milane a écrit:
Milane se pressa de reprendre ses habits . L’ odeur qu’ elle avait dégagé durant toute la journée avait fait fuir le groupe de Bretons qu’ elle avait réussi a infiltrer. Sortant de sa tente, tenant les loques à bout de bras, Milane se dirigea vers la tente des tortureuses démoniaques respectivement, De Fol, De Rien et Trois pommes.

Salut, mes dames. J'viens vous rendre leur haillons a ces deux bretons.

Laissa tomber le tas de vetement aux pieds de Ned.

Faites en c'que vous voulez, mais j en peux plus de l' odeur. Qu est ce qu ils puent !

Oh y aurait pas une ptite pierre de folie à retirer ?
MarieAlice a écrit:
Enfin, le voyage était fini et la ville s'étendait au loin devant eux.

Le campement autour formait une deuxième ville faite de toile et de corde, de fanions colorés... Elle chercha à repérer celui du Limousin Marche, une fois trouvé elle s'avanca à la suite du groupe qu'ils formaient depuis 5 jours.

Marie, assise sur Alestria, tenait par une longe un âne auquel elle avait donné un surnom affectueux et qui portait entre autres sur son dos des paquets emmitouflés et dont on ne pouvait deviner le contenu.

Des yeux, elle cherchait des visages connus parmi la foule bigarrée qui se pressait entre les tentes.

Une voix connue attira son attention et un sourire s'étira sur ses lèvres en reconnaissant une chevelure flamboyante et une silhouette 'briochine'.


MILANE, OUH OUH LES RENFORTS SONT ARRIVES.
Milane a écrit:
Une beuglante Limousine bien reconnaissable pour l' avoir cotoyer quotidiennement pendant deux mois fit sursauter Milane, sa besace qu' elle tenait queques instants auparavent en main atterrit sur la tete d' un des bretons l' assommant au passage.

Marieeeeeeee ! brailla t elle ramene ton derrière de baronnette.
alchior a écrit:
Annlor, s'il te plait tiens moi la tête de ce garcons.. j'crois bien qu'il ne va pas se montrer coopératif... pourtant.. il va être content après.. il auara que des dents saines.. enfin... s'il bouge pas trop...

Là elle tapotte la joue du bonhomme comme pour se faire rassurant, et en s'adressant a lui

et pis si vous êtes sage vous aurez droit a une rasade prune...

Bon je t'explique annlor, en prenant un ton professoral, le problème là c'est de pas se faire mordre.. donc là je prends la biquette.. je vers un peu de sel sur les doigts de pieds et dès la biquette va léchouiller.. là dès que le bonhomme se met a rire.. tu lui colle un gros bout sur un des cotes des machoires.. et pis ensuite tu peux verifier la dentition.. enfin.. faut retire la biquette avant... hein

La dessus, elle amène la biquette et commence à verser le sel sur les pieds. La bête qui rafole du petits pieds salés lèches avec application. Le pauvre brtons qui avait l'air complètment paniqué par les explication d'Alchior se mit a rire tout en gigotant des orteils,ne supportant que difficilement les chatouilles.... A ce moment là, la Trois pommes glissa le baton rapidemnt dans la bouche du malheureux, puis elle poussa l'animal qui s'eloigna dans un bêlement.

Voilà!! tu vois c'est simple hien??? et puis ca evite de s'abimer les doigts inutilement et lui bin on l'abime pas non plus..

Puis voyant milane avec les haillons malodorant, elle ajouta.

L'autre methode c'est de coller sous le nez une chose nauséabonde mais si.. le gars à le nez bouché.. enfin.. pas toujours efficace quoi.

Là, elle pris un petit crochet et commenca a fourailler la bouche de l'homme appeuré..

T'en fais pas mon gars.. c'est sans douleur...

Elle sursauta quand les deux femmes s'interpelèrent manquant de peu de de lui enfoncer le crochet dans le gosier

Mais heu.. un peu de respect pour le travail de précision...
]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Sam 20 Oct - 19:09

MarieAlice a écrit:
J'arrive, j'arrive...Minute... Si tu crois que c'est facile de planquer des tonnelets de prune avec 13 gars assoiffés toi...

Elle jetta un coup d'oeil suspicieux sur son âne. Elle fit stopper Alestria devant Milane, en descendit et vint coller un poutou sonore sur la joue de la barbière en chef.

Ah ben pas évident de vous trouver là dedans je te le dis.. Pourriez penser aux pauvres arrivants... Mettre des panneaux... Quelque chose quoi...
Ewaele a écrit:
Ewa dans le campement allait trouver tour a tour chaque gouverneur afin de gérer au mieux les stocks restant, et pour mieux redistribuer la nourriture qui arrivait livré par leurs amis et frères d'armes qu'ils attendaient dans la journée.

Elle sortait tout juste de celle de Zzly, qui brillait par son absence dans le campement, elle se demandait ou avait bien pu passer l'Ours de Bourganeuf. Elle avait tout peine croisé son sergent une nuit... Sans doute occupé ailleurs car au dire des histoires racontés lors des repas par les soldats, il avait encore fais preuve de force et courage, lors de combats acharnés contre les bretons !

Elle continua donc a avancé pour trouver Nicolebask, celui ci se trouvait devant sa tente, et l'avait vu arrivé avant même qu'elle lève la tête, il lui faisait signe et un sourire radieux s'affichait sur son visage.


Bonjour, lui dit-elle en se rapprochant. Elle n'eu pas le temps de rajouter quoi que se soit, que des bruits de sabots se firent entendre. Puis une voix s'éleva elle entendit parfaitement le prénom héler "MARIE".
Ewa regarda rapidement Nicolebask, bafouilla trois mots, et partis en courant.
Elle arriva comme une folle sur son amie, sa sœur, qui parlait avec Milane, elle souleva MarieAlice dans ses bras et lui fit claquer un poutou sur chaque joue, Ewa riait de joie... Elle lui dit toujours en rigolant :
"Que je suis heureuse de te voir, comment vas-tu ? Tu as fais bonne route ???
MarieAlice a écrit:
Alors qu'elle discutait avec Milane, Marie vit arriver du coin de l'oeil une tornade blonde qui la souleva avant de lui coller deux poutous.

Ewaele... Et bien moins était-elle sûre que son amie allait bien.


Bonjour Ewa, je vais très bien merci mais j'irai encore mieux dès que mes pieds toucheront terre.

Son amie la reposa et la jeune femme l'embrassa à son tour.

Bon, alors tu as le bonjour de Flaiche, Laxe. Tiens DameDeirdre a accouché.. Enfin là ce n'est pas le moment d'en parler.

Il faut d'abord trouver un endroit sûr pour mon chargement et ensuite monter à l'assaut de la ville.
Dame_Ned a écrit:
La baronne de Fol qui suivait avec attention les techniques de Dame 3 pommes prenait des notes sur un bout de parchemin. Elle recula lorsque le tas de vêtements attéri au sol, elle regarda Milane, dégoutée. Elle allait reprendre sa concentration quand un beuglement de Limousine reconnaissable entre tous lui parvint au sommet des ses oreilles pointues.
Elle lacha tout sur place, sauta au cou de la Limousine fraichement arrivée.


Mariiiiiiiie!!!! Mhooooooo mais t'est en pleine forme!!!

Elle lui colla son bisou baveux tout en jettant un regard sur l'âne qui suivait.

Prune t'as dis? Whouaaaa....

Saisie d'un doute elle regarda Marie.
Heu Prune c'est le nom de l'âne ou de ce qu'il transporte?
MarieAlice a écrit:
Nouvelle arrivée cette fois accompagnée de froufrous et de bisous baveux en prime. Marie se demanda un instant si elle avait bien fait de venir... Elle n'avait pas vu la moitié des gens qu'elle connaissait et ses joues allaient finir par être usées avant la fin de la journée à ce rythme là.

Oui je disais justement que j'allais bien et prête à en découdre. Mais avant il faut mettre la prune à l'abri et si tu continues à beugler comme ça tout le camps va savoir ce que je transporte.

Mon âne? Non non il s'appelle Pilori... Joli nom non?
hasdrupal a écrit:
e Vieux soulève le rabat de la tente ou se pratique ce qui plus tard serait qualifié de crime contre la bretonnité... Il tient Postillon par la barbiche bien que celui ci se débatte en crachant comme un greffier.

- Je vous amène l'interprète!!! Ah! Encore une baronnette !!! Bienvenue Souic Souic.

Postillon en profite pour échapper à la poigne du Vieux et lui mettre un bon coup de chausse dans les tibias. Le Vieux beugle quelques jurons inédits pendant que son cadet s'approche des malheureux suppliciés.

- Petra zo ganeoc'h? demande Postillon sur un ton doucereux.. signe en général que sa malveillance naturelle est sur le point de prendre sa pleine mesure.
Le gros breton, son bout de bois dans les badigoinces, est plus prolixe qu'une volière.


- aheh...huh...hehooo....huherhhahh !!!
- Désolé mes Dames, c'est un dialecte que je ne connais pas... peut être du basque ou du vieux Celte. Mais il lui reste une bien vilaine molaire au fond...
alchior a écrit:
Nouveau sursaut d'alchior, à la nouvelle salve de bisoutages et cris.. L'enervement finissait par la gagner.. une semaine à monter a l'assaut de la ville, une semaine d'echec, sans parler que les moment d'intimités étaient rare par la promiscuité et les imperatifs de reunion entre chef de l'armée,puis le village et ses enfants qui lui manquaient. Alors l'arrivée de Marie-Alice et le caquettage qui s'en suivit fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase.

Elle lâcha, son instrument, remballa rapidement ses ustensiles embarqua la chèvre parti en grommellant en regagnant sa tente.


Bon!! puisque y' pas moyen d'être tranquille je vous laisse bavasser entre vous !! Vous ferez le travail sans moi...
Dame_Ned a écrit:
Ned regarda Pilori avec malice.
Vivi, un beau nom pour une belle bête! Mais alors planquer de la pru... du ravtaillement ici c'est franchement pas évident. Ha siiii je sais!!!!
Elle chuchota à l'oreille de Souic Souic.
Mets les caisses dans la rivière, elle est infestée de sangsues, personne n'y va, pis elle sera au frais!
Entendant le Postillon essayer de tester leur capacités elle le regarda.
Comment ça qu'est-ce qu'on a? Tu ne vois pas? On INTERROGE! Et toi tu vas nous redire tout ce qu'il raconte! Mais fais gaffe si tu ne veux pas subir le même sort, postillon correctement, j'ai des notions de ta langue! T'as amené ta pitance j'espère parceque ça durer un bout!
Se tournant vers Marie à nouveau.
Faut pas trainer pour ce que tu sais, parcequ'après on a du travail qui nous attend!
MarieAlice a écrit:
Hasdrupal était sorti d'une tente, tirant un Rasp pas trop heureux visiblement, la salua d'un bienvenue Souic Souic et entra dans une autre tente... Tandis que la comtesse Alchior en sortait tirant une chèvre et apparement de mauvaise humeur.

Ned lui suggéra une cachette qu'elle pensait sûre.

Rivière...Sangsues... Marie allait poser une question puis se ravisa... Certaines choses étaient mieux tues.

Marie entraina donc Pilori près de la rivière et aussi discrètement que possible le déchargea et plongea les caisses dans l'eau en évitant les sangsues qui grouillaient.

Une fois dans l'eau et attachées, elle se redressa et se dirigea de nouveaux vers les tentes du Limousin.


Bon alors il y a des tentes de libre ou il faut les monter?
Jizz a écrit:
En ce matin de Pâques, trêve Pascale ou non… un long hurlement retentit dans le campement

J’AI FAAAAAAAAAIIIIIIIIIMMMMMM !!!

Suivit par des bruits de voix peu distincts à une oreille endormie

- Mais ma Jizzou…. je n’ai plus de farine… Aïe !
- Débrouille toi pour en trouver ! ET M’APPELLE PAS JIZZOU QUAND J’AI FAIM !
- Mais laisse moi le temps de m’habiller ! Jiiiizz !!!

Tandis qu’elle sort de la tente tout en tirant derrière elle Eelan pieds nus, elle l’entraîne vers le centre du campement, tout en continuant de grommeler

Me faire ça à moi... Incompréhensible !!!! Impardonnable !!!!

D’une autre tente, retentit la voix de son père

- ATTACHE LE AU PIQUET ET PROFITES EN POUR LUI FAIRE AVOUER OÙ IL A MIS MA CHEMISE !

- TA CHEMISE, PAPA, SI J’AI RIEN À MANGER CE SOIR, JE LA BOUFFE AVEC DES MORCEAUX DE DOIGTS D’EELAN EN ACCOMPAGNEMENT !


Alors qu’elle continue à avancer, elle s’arrête brusquement voyant les piquets où sont encore accrochés les deux bretons. L’un d’eux regarde d’un air nerveux la biquette qui broute à quelques mètres de lui.

Le regard de Jizz se porte alors sur les bretons, sur la biquette, le pot de sel laissé là, les pieds du breton à nouveau puis pour finir sur Eelan puis sur ses pieds, tandis qu’un sourire machiavélique naît sur ses lèvres.


Elle s’approche d’Eelan et glisse ses doigts glacés sous sa chemise dans une légère caresse

Mon roudoudou… tu ne vas pas me laisser mourir de faim dis moi ?
Assya a écrit:
Arrivée devant sa tente, sa jument mangeait tranquillement...
Elle y détacha un baluchon et se mit face à Alma...
Cariña mìa... Tu t'ennuie hein... Tu as besoin d'action tout comme moi... lui murmura-t-elle... Alma posa son museau sur l'épaule de sa maîtresse.
Elle la quitta posant ses lèvres sur ses naseaux et entra dans sa tente... Elle prit des linges propres et changea le pansement de sa cuisse... La blessure était propre et ces trois jours de repos forcé lui faisait le plus grand bien même si elle ne voulait se l'admettre...
Elle changea de chemise et de pantalon et prenant le baluchon, elle se dirigea vers les remparts de la ville...
Assya a écrit:
Après avoir marché un long moment, Assya arriva à sa tente... Le feu de la fête dansait joyeusement au loin et elle entendait les bruits de discussions.

Elle entra dans sa tente et alluma une bougie... Elle pris des couvertures, se coucha sur sa paillasse et prenant des parchemins éparpillés, se mit à lire, se réchauffant petit à petit...

La fatigue la surpris et elle s'endormie sur ses papiers....
RASP a écrit:
Rasp fut réveillé en ce matin Pascal par un beuglement bien reconnaissable...
Se retournant sur sa paillasse, il grommela et tenta de se rendormir ... peine perdue, sa nièce affamée comme d'habitude avait du réveiller tout le campement.
Excédé, il se leva en soupirant, enfila vivement ses braies, sortit de sa tente, et jeta un regard aux alentours. Il aperçut Jizzzzzzz et Eelan, Jizz la main sous la chemise d'Eelan...


JIZZZZZZZZZZZ !!!

c'est quoi ces manières ? tu te crois où ? vas donc t'occuper des blessés et laisse ce pauvre Eelan tranquille... tu mangeras plus tard, comme tout l'monde !

EELAN !!!! t'es là pour faire la popote ou pour dormir toute la journée ?
ON EST EN GUERRE !! alors fissa, on se bouge et on va préparer un repas digne de ce nom pour les soldats qu'en ont bien b'soin !!
c'est CLAIR ? et que j'te vois plus trainer dans les jupes de Jizzz !!!
sinon c'est le gnouf ! compris ?
Eelan a écrit:
- Mais ma choupinett... grimaçant un peu plus à chaque syllabe tandis que les caresses se transformaient en griffure, mon p'tit coe... AIE !
Jizzou... avec des yeux doux dans une ultime tentative d'attendrissement... AIE !!! Mon PIED ! Mais ça fait mal !!!

Citation :
JIZZZZZZZZZZZ !!!

Eelan tourna soudainement la tête croyant un instant voir un sauveur en la personne de Rasp ... mais les illusions d'espoir qui trottinaient encore dans sa tête se firent rapidement la malle pour laisser place à une insupportable sensation de "Mince ... J'suis cuit !"

Rasp s'approchait, un air furieux se lisait sur les traits de son visage...
Jizz resserait l'étreinte de ses griffes, tout en papillonant des paupières...
Vite ... une excuse...


Rasp, tu sais, il manque beaucoup d'ingrédients et .. euh ... tournant à nouveau son regard vers Jizz
D'ac ! J'm'en occupe tout de suite !

Eelan déposa un rapide baiser sur les lèvres de jizz, avant de prendre la direction de l'intendance... puis ... hésitant ... il tourna de nouveau sa tête vers Jizz

Jizzou ... JIZZ
Eelan s'approcha à nouveau d'elle pour lui murmurer quelques paroles...
Assya a écrit:
Assya fut sortie de ses rêves par un beuglement... Elle se redressa brusquement et les yeux encore plein de sommeil, elle sortie de sa tente comme une furie...

C'est quoi ce bordel... On peut pas dormir dans ce bled paumé?

Jizzzzzzzzzzzz va bouffer et laisse nous dormir

Assya rentra dans sa tente et ronchonna... Plus moyen de dormir maintenant... Je suis trop reveillée... Elle se lava, s'habilla et chercha un soldat à rosser...
Jizz a écrit:
Choupinette… choupinette ??? Elle a FAIM ta choupinette !!!

Sous l’œil surpris des deux bretons, de plus en plus furieuse à cause de la faim qui la tenaille, Jizz pousse Eelan par terre, s’assied sur son ventre, l’empêchant ainsi de bouger ou de faire quoique ce soit, puis essaye d’attirer la biquette

- Viens ma belle, viens voir les pieds mignons qu’il y a par ici !

Cette dernière, sensible sans aucun doute à la tension ambiante regarde Jizz d’un œil peu convaincu avant de replonger sur sa touffe d’herbe, leur tournant le dos. Les bretons ricanent doucement.

Rageusement, elle arrache une touffe d’herbe qu’elle envoie voleter devant elle puis se relève. Dans une dernière tentative de bien faire comprendre ce qu’elle veut dire par « j’ai faim », elle s’apprête à mordre l’épaule d’Eelan, quand arrive Rasp.

Un chouia énervée, sans perdre Eelan de vue


Achever les blessés ? Pas de problème mon oncle, juste le temps de finir le mien…

Un dernier regard agrémenté d’un marque supplémentaire sur le torse d’Eelan et celui-ci fait enfin mine de capituler, se dirigeant vers l’intendance, quand il se retourne vers elle pour lui glisser quelques mots à l’oreille. Le regardant, un peu surprise

Dis moi ma cacahuète, je t’aime, mais… les réserves en question, ce ne seraient pas les deux-trois petits trucs qu’on a mangé hier avec Milane ? Et puis, tu es certain que tu vas dans la bonne direction ? Je pensais qu’il n’y avait plus de farine dans le campement…

Lui glissant un baiser d’encouragement dans le cou, elle le fait pivoter et le pousse légèrement vers les remparts de la ville, ajoutant dans le creux de l'oreille Et puis... Pas de livraison de farine, pas de livraison de pain !

Se retournant vers une Assya en furie, Jizz lui tire la langue


Mais justement, j'aimerais bien manger !

La limousine est muette de puis un peu trop de temps. je verrouille.
~*pennad*~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine   Aujourd'hui à 18:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs de Rieux : la beuglante limousine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le rôdeur mystérieux
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.
» Duché de Clérieux
» 100000 poissons et 5000 oiseaux morts dans l'état d'Arkansas. Très mystérieux.
» YGO : Arsenal Mystérieux 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merveilleuse Liste Comtale :: La Chaumière Enchantée :: La Taverne voisine-
Sauter vers: