Forum de la famille Saincte-Merveille
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Entendu au pavillon des emissaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hasdrupa
Invité



MessageSujet: Entendu au pavillon des emissaires.   Jeu 18 Jan - 22:36

C'était la première fois que le vicomte de Droux entrait dans les bureaux de la Chancellerie du Comté. Il faut bien avouer que jusqu'à présent, il n'en avait pas eu l'utilité. Son caractère, quelque peu sanguin, ne l'incitait pas à choisir la voie de la diplomatie pour régler un problème. Et maintenant, il était là. Blaise avait peut-être raison en disant qu'il s'amollissait avec l'âge. Alors, voyons voir... Où pouvait se trouver son bureau? Devant son air égaré, un fonctionnaire voulu le renseigner, mais il fut superbement ignoré. Tiens, ça doit être là. Ha non, fermé. Bon.. Peut-être devrait-il rencontrer son homologue. Voilà son bureau. Fermé aussi? Les relations entre les deux Comtés étaient-elles à ce point poussiéreuses? Tendues? Bien, bien. Un petit climat de tension n'était pour lui déplaire. Mais dans l'instant, ça ne résolvait pas son problème. Allons voir la Comtesse de Ségur. Peut-être n'avait-elle pas eu le temps d'annoncer son arrivée dans le rang des ambassadeurs et de donner les ordres nécessaires à son accueil. A moins qu'elle n'est oublié?

D'un pas tendu, la tête baissée sur les rouleaux de parchemins qui s'acharnaient à vouloir échapper à son étreinte, Hasdrupal venait remettre son rapport burgonde a la Chancellerie. Au détour d'un couloir de ce labyrinthe administratif (pléonasme oui je sais), il heurta l'altière silhouette du vicomte de Droux. Les parchemins tombèrent avec un bruit mat qui couvrit opportunément la bordées d'invectives marmonnées par les deux protagonistes.
Croisant le regard cruel, Has redressa l'échine. Il avait entendu parler de ce poste en Anjou qui était "réservé" à quelqu'un de grande compétence.

- Messire, vous cherchez le bureau qu'on surnomme ici "Sainte Barbe", je vous laisse imaginer pourquoi. Nul doute que trouverez! La porte en est malheureusement fermée à double tour mais elle ne tient plus que par un gond, car il est de coutume que l'on y entre et en sorte en la claquant le plus violemment possible. Appretez vos oreilles pointues, elles vont être agressées.

Has regarda le fier jeune marié -il y a deux mots qui sonnaient mal dans cette description- s'eloigner en lissant sa vêture, un soupçon d'envie dans le regard.
La "Sainte Barbe" allait devenir un lieu où rôder.

Martial d'Ysengrin s'avançait d'un pas décidé vers les bureaux du Chambellan quand il se heurta à un fonctionnaire, la tête plongée dans des parchemins, qui furent renversés. Après que chacun ait pesté de son côté, le fonctionnaire, messire Hasdrupal, puisque c'était de lui qu'il s'agissait, renseigna le vicomte De Doux. Retournant sur ses pas, celui-ci se mit à la recherche d'une porte qui ne tenait que par un gond et qu'il pourrait tout à loisir défoncée, tel que ça semblait en être la coutume. Comme s'il n'avait que ça à foutre...



De guerre lasse, le vicomte de Droux avait abandonné l'idée de trouver un jour son bureau. Mais qui était le bougre-de-saguoin-Janson qui avait pensé les plans de cette batisse? Tout ce qu'il aurait dû recevoir comme paiement, c'était le supplice de la roue. Bon une porte qui ne tenait que par un gond. Ca finirait bien par se trouver. Ha oui, là. Martial d'Ysengrin leva le museau et vit qu'un fonctionnaire avait récemment mis à jour la pancarte sur la porte. QUOI? AMBASSADRICE Balrog? Si c'est une plaisanterie, elle n'était pas au gôut de tout le monde et en aucun cas du sanguin Ysengrin. Des têtes allaient tomber!!!


Hasdrupal:
Entendant quelques coups bien sentis provenant de la "Sainte Barbe", Has se dit que les "affaires" reprenaient. Un sourire aux lèvres, il approcha de la porte branlante et récemment défoncée semblait-il, d'où émanait un sourd grondement.

- Tout va bien mademois... Messire?


Roche.. :

Rochegarde ayant pris connaissance d'un nouvel ambassadeur en Anjou toqua à la porte , une bouteille de prune à la main deux verres , il entre apres un moment .

Messire Balrog , bien le bonjour , Rochegarde ambassadeur du Poitou , je pense que nous aurons a entrer en contact tous les deux vu les liens qui unissent le Poitou et l'Anjou .

La derniere phrase fut dite avec un petit sourire aux levre.
il se servit un verre et en tend un a Balrog , glissant du meêm coup un petit parchemin dans sa main .



Balrog :
Martial d'Ysengrin rageait. Son médecin, son fieffé coquin d'oncle, Almedra, lui conseillait sans cesse le calme et le repos. En vain. A peine, il entendit messire Hasdrupal lui demander si tout se passait bien. Avait-il mal entendu, ou il l'avait appelé "mademoiselle"? Pouvait-on considérer que dévorer le coeur d'un collègue le premier jour serait mal considéré? C'est donc en grinçant des crocs que le vicomte de Droux répondit:
"Tout va pour... grrr... le mieux, cher... grrr... ami. Que puis-je pour vous?"
Au moment où l'ambassadeur Hasdrupal aurait pû répondre, de nouveaux coups frappés à la porte se firent entendre:
"Entrez!

Roche :
-Messire Balrog, bien le bonjour, Rochegarde ambassadeur du Poitou, je pense que nous aurons à entrer en contact tous les deux vu les liens qui unissent le Poitou et l'Anjou", lui dit un homme très militaire dans son maintien, en lui tendant successivement une coupe d'alcool et un parchemin.

Balrog:
Martial d'Ysengrin portait la coupe à ses babines, quand... oui, cette odeur. C'EST DE LA PRUNE!!!!! Argh! Mais ils se sont passés le mot, aujourd'hui! Ce n'est pas possible autrement?
"Vous l'ignorez sans aucun doute, mais vous venez de jouer avec votre vie, et celle de messire Hasdrupal. J'ai une réaction... conflictuelle avec la prune. Elle me rend fou furieux. Et capable des pires atrocités" prévint le nouvel ambassadeur pour l'Anjou, avec un sourire carnassier.

Tokagero frappe

Balrog:
"ENTREZ!!! Et faites attention à la porte, elle ne tient pas!!"

Roche :
Rochegarde huma son verre quelque peu dépité puis regarde l'ambassadeur esquisse un sourire .

Pourtant messire Balrog c'est bien dommage , une bonne année que cette prune mais je m'en souviendrais et vous amenerez la prochaine fois une saveur moins corsée , peut être un petit jus de fruit vous egaillerait plus les papilles .

Il finit par eclater de rire puis serra franchement la main de l'homme

Et bien pour ma part je vais terminer cette prune et reprendre la bouteille si pêu envié , je penserais à la poire la prochaine fois , n'hesitez point si vous avez des questions messire Balrog .

Entendant Toka entrer , il lui sert la main .

Tu arrives juste a temps Toka , une prune a finir .

Toka salue

Balrog :

C'était le géant de Rochechouart qui venait de frapper à sa porte. Martial d'Ysengrin n'aimait pas franchement cet homme. Deux caractères trop différents. Et comme il était son supérieur hiérachique, il y aura probablement de violentes prises de gueule.

"Messires, vous me voyez ravi que le pavillon dans son ensemble ait décidé de prendre mon bureau pour une taverne. Mais j'ai un petit personnel à persécuter jusqu'au changement d'une certaine pancarte. Roche, je préfère nettement la poire. Il faut vous reconnaitre que vous devez tous vous décarcasser pour vous approvisionner en alcool de prune car j'en ai pas vu un seul verger en Limousin et en Marche. Alors que la poire... D'ailleurs, je vous recommande la production de mon neveu Blaise. Sa poire est imbouffable, mais l'alcool est divin.

Il est vrai que régulièrement des voleurs sévissent. Mais bientôt, grâce à la charge de bourreau que je souhaite voir être mise en place prochainement, nous aurons le plaisir de leur faire couper la patte. Sur ce, je vous laisse. refermez-bien la porte derrière-vous... enfin le mieux possible."


Tout le monde s'en va.

Roche:
Rochegarde vida son verre d'un trait , appreciant avec un soupir le doux nectar .Il sourit de nouveaux a l'ambassadeur .

Balrog cette visite m'a fait le plus grand bien , j'ai eu l'impression de discuter avec la nourisse acariatre de mes enfants ... permettez que je me retire et la prochaine fois c'est à la poire que nous trinquerons .
Mon bureau vous est ouvert .


Je vous souhaites bon courage
et dites a Bendalf qu'il risque tres vite d'avoir de mes nouvelles maintenant que je sais qu'il tient tel mixture en son domaine .

D'un signe de la main il salut les personnes presente avant de sortir en riant encore .


Has :
La pièce était redevenue vide... Si on peut appeler vide une pièce emplie des grandes enjambées du Vicompte. Tout les visiteurs avaient vidé les lieux.... oubliant Hasdrupal... Mais que lui arrivait-il à celui-là? Le voici tout pâle, tremblant, le regard fou et flou.

Approchons nous, on distingue nettement un murmure entre ses lèvres.

- Pas moi... on m'a forcé, pis.. on pourra rien prouver... tout mangé... malade trois jours... les feuillées... rhaaaa les feuillées.

Finalement les borborygmes inarticulés finirent par faire dresser une oreille pointue. Un regard jaune vrilla Has de part en part, étonné.

- Je m'eclipse, messire! je me volatilise, je m'expulse, je m'expatrie, je me bannis. Euh, à propos, la Roche Canilhac... et ses si beaux vergers, a brûlé? Il ne reste... rien? Pas même un petit arbre? Ou deux?

Has - perdu 20 livres en une semaine avec ses conneries


Dernière édition par le Ven 19 Jan - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entendu au pavillon des emissaires.   Ven 19 Jan - 0:33

Dommage qu'on ait perdu le début du RP avec les poires Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
hasdrupa
Invité



MessageSujet: Re: Entendu au pavillon des emissaires.   Mar 23 Jan - 23:56

Plusieurs jours s'étaient écoulés... Les résultats des élections venaient de tomber. La diplomatie serait-elle bouleversée par des changements au Conseil? Pas sûr, il semblait il y avoir un grand nombre de personnes raisonnables. Quoiqu'il en soit, le vicomte de Droux envisageait de se rendre dans les prochains jours en Anjou, si sa nouvelle fonction le permettait. Actuellement, il recevait des rapports de plusieurs proches, mais il aimait voir par lui-même. De plus, il sentait que des tensions allaient vite arriver avec son supérieur hiérarchique, le géant de Rochechouart. Comment ce peingne-cul osait prétendre être un batard d'Almedra? Ils s'étaient tous donner le mot pour rentrer dans la Meute! Enfin, Martial d'Ysengrin ne se faisait pas de souci. Il savait que Noncle avait fait voeu de chasteté jusqu'à presque quarante ans, âge où il s'est rendu compte des plaisirs qu'il ratait. Son hystérie d'alors a honoré bien des femelles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entendu au pavillon des emissaires.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entendu au pavillon des emissaires.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel d'offre Exposition universelle [les 8 villes/pavillon]
» Pavillon noir
» construction de pavillon replié pour PR380m2
» recherche pavillon jbl 2350
» Pavillon noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merveilleuse Liste Comtale :: La Chaumière Enchantée :: La Taverne voisine-
Sauter vers: